Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Financer la guerre ou la paix ?

Un article récent de De Defensa, intitulé « Déconstruction de la guerre » ( voir lien en note) ) et comme toujours très intéressant, pose une question qu'il faudra bien aborder rapidement, non seulement aux Etats-Unis mais en Europe : comment gagner les guerres sans faire appel à la force brute, généralement l'appui aérien, qui par ses dérives suscite le recrutement de 10 candidats combattants pour 1 combattant « neutralisé ».

La question est abordée par deux experts américains à propos de la stratégie menée actuellement en Afghanistan. Mais elle intéresse toutes les guerres de cette nature, notamment l'action israélienne récente dans la Bande de Gaza. Il s'agit d'une part de William S. Lindt, dans un texte («Escaping the 2GW Trap») publié le 20 avril 2009 sur Defense & National Interest) et d'autre part de Gareth Porter dans un article du 22 avril 2009 publié sur  Antiwar.com. Nous renvoyons à l'article de De Defensa qui fournit  les liens donnant accès à ces textes

Elargissons ici un peu l'approche de ces deux experts. Chacun sait que la relance du développement économique et technologique des Etats Unis après la grande dépression a été provoquée par l'effort militaire puis de reconstruction ayant accompagné la 2e Guerre Mondiale. La préparation d'un conflit avec l'URSS a pris ensuite le relais.

Aujourd'hui, le lobby militaro-industriel (MICC) et le système politique tout entier s'imaginent manifestement pouvoir compter encore sur ce moteur pour sortir de la crise actuelle. D'où l'intérêt mis dans les armes aériennes, y compris afin de développer des avions de combat futuristes et inadaptés comme le JSF F35, dans le cadre d'un programme estimé au bas mot à 1 trillion de dollars.

Ceci indépendamment du fait, dont le MICC est parfaitement conscient, que l'emploi abusif de telles  armes aériennes conduit à faire perdre les guerres où elles sont engagées. Aujourd'hui, pour lui, peu importe de perdre la guerre en Afghanistan si le moteur économique et du profit continue à tourner.

L'ennui est que l'économie américaine n'a plus les réserves sous-employées dont elle disposait dans les années 40. Elle a certes encore quelques réserves, mais la question de savoir à quoi les utiliser devient cruciale. Continueront-elles à financer de nouveaux armements, au prétexte de préparer d'hypothétiques campagnes contre l'Iran, la Chine, la Russie, etc. ? Le MICC par facilité, soutiendra certainement cette option.

Serviront-elles au contraire soit à redresser l'économie Afghane soit, ce qui paraîtrait de toutes façons plus opportun, à transformer le système économique et social américain actuel, en finançant par exemple investissements civils, recherche scientifique, exploration spatiale (on sait qu'actuellement, faute  de crédits, la Nasa s'interroge sur son avenir) ?  

Nous pensons personnellement que ces choix ne font pas l'objet de décisions volontaires et moins encore volontaristes. Ils sont déterminés par des rapports de force entre ce que nous appelons ailleurs de grands systèmes anthropotechniques.

Ainsi re-située, notre question peut-être posée différemment : se trouvera-t-il en Amérique une force socio-économique suffisamment organisée pour détourner au profit d'investissements civils les ressources déjà engagés au profit du MICC et de la guerre ? Ce ne sera évidemment pas Barack Obama qui incarnera cette force à lui seul. Il se bornera, dans la meilleure hypothèse, à se rallier au mouvement.

Bien évidemment, la question intéresse aussi l'Europe. L'Europe avait pu (en fait respectivement l'Allemagne nazie et le Royaume Uni) investir des forces considérables dans l'économie de guerre entre 1935 et 1945.  Pourrait-elle aujourd'hui faire la même chose au profit des investissements civils, technologiques et sociaux dont elle a le plus urgent besoin ? Elle le pourrait certainement, mais elle ne le fera pas. Les décideurs économiques et politiques se moquent actuellement de telles perspectives, car elles ne permettraient pas les  profits spéculatifs à court terme et les gains politiques immédiats qui les intéressent ?

Post-scriptum concernant le JSF F35,  précisément

On sait que le Pentagone a récemment dénoncé des attaques de hackers inconnus, présumés Chinois, s'en prenant aux spécifications de l'avion de combat JSF F35, dont d'ailleurs les développements et les prix sont de plus en plus discutés. Nous serions tentés de soupçonner là une nouvelle manœuvre du MICC pour préparer les esprits non seulement à la poursuite du programme F35 mais aussi  à de vraies guerres  futures.

On peut penser  que notre hypothèse, bien qu'inspirée de théorie du complot,  parait plus vraisemblable que celles de cyber-attaques venant de pays dont l'expertise en cyber-guerre, même grande,  n'est sans doute pas  capable de pénétrer les formidables défenses accumulées depuis des années par le système américain (pensons à Echelon et autres barrières). On peut juger que ces défenses restent infranchissables, même si des maillons faibles tels que l'industriel britannique BAE sont inclus dans la chaîne de spécification et de développement du F35. En fait, dans ce cas, le programme F35 ne viserait pas prioritairement, dans l'esprit du MICC, à renforcer l'US Air Force mais à justifier la préparation à de future guerres, autrement plus riches en profits. Il est donc bon de montrer que les Chinois s'y intéressent et visent à développer un système d'armes équivalent

Si notre hypothèse était fausse, et si nous admettions que la Chine, et pourquoi pas aussi la Russie, l'Inde, l'Iran, la Corée du Nord soient dotées de hackers de génie, la première priorité visant la  sécurité nationale serait d'investir massivement dans le renforcement des protections électroniques et électriques du pays. Cela serait moins coûteux et moins lourd en pertes humaines potentielles que des guerres.  
25/04/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire