Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La Junte militaire au pouvoir à Washington

Dans un article précédent, daté du 20/08/2017, nous nous demandions si les militaires n'étaient pas en train de prendre le pouvoir à Washington.

Nous écrivions: « Nous pensons pour notre part que, quelles qu'en aient été les raisons, le départ de Steve Bannon permettra aux militaires (Les généraux Kelly et McMaster à la Maison-Blanche, le général Mattis au Pentagone) de contrôler directement la Maison Blanche et mettre le Président et l'Administration fédérale au service de leurs objectifs. »  http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2665&r_id=

Par la suite nous avons pu nous demander si cette prise de pouvoir, totalement contraire aux règles de la démocratie représentative, n'était pas cependant un mal pour un bien. En effet, ces dernières semaines, on a vu Donald Trump multiplier les déclarations incendiaires à l'égard notamment de la Corée du Nord et de l'Iran. Il a ainsi plusieurs fois menacé la Corée du Nord d'une destruction totale si elle n'abandonnait ses projets en matière de bombe thermonucléaire et de missiles balistiques intercontinentaux.

Cette destruction aurait nécessairement fait appel à des armes nucléaires au moins tactiques, dont les retombées seraient catastrophiques, non seulement pour les deux Corées, mais pour les pays voisins, notamment le Japon. Quant à attaquer l'Iran, même avec des armes conventionnelles, ce serait compte tenu des liens de ce pays avec la Russie, attaquer cette dernière, avec les conséquences que l'on devine.

Mais on a vu avec un certain soulagement que les tutelles militaires de Trump, notamment le trio des généraux Kelly, McMaster et Mattis, étaient intervenus clairement pour expliquer qu'ils empêcheraient Donald Trump de faire appel de façon totalement négative à ses pouvoirs de chef des Armées. Trump a paru en tenir compte. Il a mis un bémol ces derniers jours à ses propos irresponsables.

On pourrait en conséquence penser que, s'il y avait eu en effet une prise de pouvoir à Washington par une junte militaire, ceci  serait une bonne chose, vu d'une part l'irresponsabilité croissante de Trump lui-même et d'autre part la démission complète des majorités républicaines et démocrates au Congrès. Des membres influents de celui-ci ne cessent en effet, tant notamment dans les Chambres que dans les médias, de multiplier les appels à la guerre.

Les généraux américains restent des va-t-en guerre

Mais si l'on y regarde de plus près, on voit que la Maison Blanche et ses tutelles militaires n'ont jamais cessé de multiplier des manœuvres militaires dangereuses dirigées contre Pyongyang, dont l'armée n'a pourtant rien de négligeable et que ces manœuvres pourraient pousser à des réponses de même nature.

Il y a pire. Les opérations militaires américaines dans le Pacifique sud, de plus en plus proches des frontières chinoises, ne diminuent pas. Au contraire. Il serait improbable que la marine et l'aviation chinoises, bien que très inférieures en force, continuent à ne pas réagir. De proche en proche, ce serait une guerre au moins locale, avec la Chine, et sans doute aussi avec la Russie, qui en résulteraient.

Ceci ne semble faire peur ni aux généraux au pouvoir de fait à Washington, ni à l'ensemble du Complexe militaro-diplomatico-industriel américain. Ces perspectives de guerre, qui serait nécessairement à terme de type nucléaire, sont constamment évoquées avec faveur par la junte militaire et ses nombreux relais au Congrès et dans les médias.

La phobie anti-russe déjà partout prévalente s'en trouve renforcée. Si une telle guerre pouvait débarrasser l'Amérique de Vladimir Poutine et de son armement nucléaire, elle serait bienvenue. L'opinion dominante semble ne tenir aucun compte, au mépris de tout réalisme, des certaines de millions de morts en résultant, y compris aux Etats-Unis. La junte au pouvoir à la Maison Blanche ne fait rien pour calmer le jeu. Il est vrai que pour des généraux, bien à l'abri dans des abris anti-atomiques, la guerre est une seconde nature.

Quelques voix bien timides s'élèvent en ce moment aux Etats-Unis, pour protester contre le pouvoir pris par les militaires sur l'ensemble de l'Etat fédéral. Mais elles proviennent d'une opposition libérale et libertaire ayant beaucoup de mal à se faire entendre.

On lira ci-dessous deux articles dénonçant le processus de mise en place aux Etats-Unis d'une dictature militaire. Ils n'intéressent semble-t-il que peu de lecteurs, tant en Amérique qu'en Europe. Devons-nous nous préparer au pire?

Références

Voir du World Socialist Web Site The US lurches toward military dictatorship 23 October 2017
http://www.wsws.org/en/articles/2017/10/23/pers-o23.html

 et de Moon of Olabama "Above All" - The Junta Expands Its Claim To Power October 21, 2017
http://www.moonofalabama.org/2017/10/above-all-the-junta-expands-its-claim-to-power.html#more:

 

 

 

23/10/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire