Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'A400M et l'offensive américaine

Comme nous le craignions, à partir d'informations internes à la société EADS, le programme A400M subit de telles difficultés, autant techniques que de gestion entre les partenaires industriels, que beaucoup recommandent d'acheter américain. Ceci ne nous étonne pas. Rappelons nos craintes de "subversion industrielle" liées à notre réintégration dans l'Otan.

Comme nous le craignions, à partir d'informations internes à la société EADS, le programme A400M subit de telles difficultés, autant techniques que de gestion entre les partenaires industriels, que beaucoup parlent d'abandon. Le patron d'Airbus Thomas Enders avait déclaré le 29 mars sur le site internet de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel que, "dans les conditions actuelles", son entreprise ne pouvait pas construire les avions de transport de troupes A400M, dont le retard de livraison est déjà estimé à au moins quatre ans ». Mais le groupe européen EADS a fait une mise au point ce jour lundi 30, réaffirmant qu'il était "pleinement engagé" dans  la construction de cet avion de transport militaire.

Rappelons que le 12 mars, les sept pays inclus dans le programme européen de l'avion de transport militaire Airbus A400 M s'étaient mis d'accord sur un moratoire repoussant du 1er avril au 1er juillet la possibilité pour les pays de dénoncer le programme qui a pris du retard. Les pays (France, Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, Turquie, Belgique et Luxembourg), qui ont commandé au total 180 appareils, auront la possibilité de dénoncer les contrats, le constructeur EADS n'ayant pas respecté son engagement de procéder à un vol inaugural en janvier 2008. Le contrat de 20 milliards d'euros avait été signé en mai 2003 entre EADS et l'OCCAR, représentant les sept pays acquéreurs. L'Allemagne a commandé 60 avions, la France 50, l'Espagne 27, le Royaume-Uni 25, la Turquie 10, la Belgique 7 et le Luxembourg un appareil.

Aujourd'hui, la cacophonie s'installe an niveau des gouvernements. "Je fais tout pour sauver ce programme", a déclaré le ministre français de la défense Hervé Morin, qui visitait au côté du Premier ministre François Fillon un camp d'entraînement de la légion étrangère. "Je souhaite que ce programme soit préservé", "c'est un programme européen-phare, un programme majeur pour l'industrie, un programme extrêmement bien placé et unique dans le monde". Morin souhaite, soit, mais qui dispose ?

Le ministre allemand de la Défense Franz Josef Jung a de son côté appelé EADS à respecter son contrat pour la construction de l'avion, sans fermer la porte à un assouplissement des termes. "Nous avons besoin de transparence, nous avons besoin d'une présentation claire: de quelle manière, dans quelle configuration... et dans quels délais l'A400M peut-il être réalisé ?".
 
Mais il suffit de lire tout ce qui s'écrit sur Internet  (1) concernant ces dernières annonces pour voir que les ennemis du programme, nombreux chez les politiques européens et chez les militaires, profitent de ces derniers évènements pour recommander – pour exiger – l'acquisition de matériels américains. Ceci ne nous surprendra pas. EADS a peut-être des fait des erreurs industrielles ayant provoqué des retards, mais cela n'a rien d'extraordinaire dans un grand programme destiné à durer 40 ans. Ce qui est certain par contre est que, dès le début du programme, les pressions du lobby militaro-industriel américain se sont exercées à tous les niveaux, en Europe et en France même, pour faire déconsidérer le projet. Aujourd'hui, avec les restrictions de commande annoncées par Barack Obama sur les contrats militaires intéressant l'US Air Force, on comprend que les industriels américains sont prêts à tout faire pour récupérer des commandes européennes. Nous disons bien tout faire. 

Nous nous devons  de saisir  cette occasion pour rappeler nos  craintes de "subversion industrielle" liées à notre réintégration  dans l'Otan,  réintégration qui "enthousiasme" tant nos amis américains ainsi que les milieux atlantistes. Il serait particulièrement inopportun qu'au moment où le retour de la France dans l'organisation militaire intégrée est présenté comme la  meilleure garantie qui soit pour la conception et la mise en oeuvre d'une politique de défense européenne,  on laisse entendre que le programme de l'A 400M qui  en est une pièce maîtresse pourrait ne pas voir le jour..!
 
On peut espérer que Nicolas Sarkozy va profiter du prochain sommet de Strasbourg/Kehl pour dissiper de légitimes inquiétudes. Il pourrait d'ailleurs le faire de façon originale, en affirmant qu'à défaut d'accords sur l'actuel programme, la France pourrait à elle seule financer le développement de l'avion - à condition d'obtenir les garanties nécessaires sur la maîtrise d'ouvrage et la maîtrise d'œuvre. Il suffirait d'augmenter la dette de quelques milliards, mais ce ne serait pas des milliards perdus. Ils iraient directement créer de l'emploi.

30/03/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire