Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Elections en France. Résignation sans espoir.

Les données relatives au premier tour des élections législatives françaises ont été considérées par la plupart des médias étrangers comme un véritable tremblement de terre en faveur d'Emmanuel Macron et de son parti LREM.
 Voir par exemple http://www.independent.co.uk/news/emmanuel-macron-en-marche-landslide-victory-france-parliamentary-elections-11-june-a7784966.html

Cependant beaucoup de commentateurs s'attardent sur les absentions, lesquelles s'ajoutent aux non-inscrits. LREM, auquel s'adjoint le MODEM, n'ont reçu au premier tour que l'appui d'environ 32% des électeurs. On ne peut guère parler de tremblement de terre. Certes, LREM compte sur le régime électoral excluant radicalement la représentation proportionnelle et sur les ralliements imposés par un scrutin à deux tour pour disposer d'une majorité écrasante le 18 juin au 2e tour. Mais cette majorité, certes légale en termes de droit, représentera-t-elle une véritable majorité dans l'opinion? Sans doute pas.

On peut douter que les électeurs respectifs du FN, des Républicains, de la France Insoumise, sans compter ce qui reste de sympathisants du Parti socialiste, deviennent brutalement « macroniens ». Certes, certains de leurs représentants le feront pas intérêt, mais leur masse ne changera pas subitement de convictions. Ils ne se rallieront pas brutalement à la politique attendue d'Emmanuel Macron et de son gouvernement, qui ne fera qu'aggraver leur opposition. Seule l'incapacité des leaders de ces mouvements à s'entendre pour former une force politique cohérente, sur la base des nombreux points qui les rassemblent, sauvera Macron et LREM d'une opposition efficace. Ceci tant au Parlement que dans les élections locales ou dans un prévisible « 3e tour social ».

De son côté l'opinion, manipulée d'une façon exceptionnelle, comme dans d'autres pays européens, par des médias totalement soumis aux intérêts internationaux, économiques et financiers, qui ont fait élire Macron, tardera sans doute à réagir. On peut penser qu'en fait, comme en Grèce (voir notre article « Sur le désastre grec » http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2588&r_id=&t=Sur%20le) les populations se résigneront à ce qu'elles considéreront comme une évolution inévitable du monde actuel. Les « puissants » au pouvoir n'abandonneront pas celui-ci. Ils sont prêts à engager une répression de masse si besoin était. Or à quoi bon s'opposer pour se faire massacrer, dans tous les sens du terme.

La même résignation sans espoir se développe aujourd'hui, comme nous l'avons relaté dans d'autres articles, face à la concurrence mondiale aveugle entre grands intérêts, même si celle-ci continue à détruire les ressources naturelles et menace à terme la survie de l'humanité. Que faire contre ces intérêts qui ont la force pour eux? Manifester dans les rues, écrire des articles et des livres? Plaisanterie.

NB. Cet éditorial ne reflète pas nécessairement le point de vue de l'ensemble de notre Comité de rédaction.

12/06/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Le point de vue de la 4e internationale
13/06/2017 08:13:17 | Par : JCE
http://www.wsws.org/fr/articles/2017/jui2017/legi-j12.shtml
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire