Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La loi Bayrou sur la moralisation de la vie publique semble ne pas connaître les lobbies

Le projet de loi Bayrou sur la moralisation de la vie publique comporte un grand nombre de mesures utiles pour ce faire. Elles étaient réclamées depuis longtemps par ceux qui voulaient protéger l'activité parlementaire de différentes influences, économiques, politiques et souvent familiales qui menaçaient la souhaitable indépendance des représentants du peuple et, au delà de ceux-ci, des institutions elles-mêmes.
Voir http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/06/01/97001-20170601FILWWW00196-bayrou-presente-son-projet-de-loi-de-moralisation-de-la-vie-publique.php

On peut espérer que ces mesures seront toutes votées, comme le demande François Bayrou et le Président de la République. Mais les critiques exigeants ont souligné que le texte négligeait divers points essentiels qui auraient rendu la vie publique plus indépendante des multiples intérêts visant à mettre à leur service les travaux et les décisions, tant des représentants que ceux du gouvernement et du Parlement.

Parmi ces influences, faut-il rappeler l'activité des lobbys qui par centaines s'efforcent de déterminer à leur profit les travaux ou les décisions des parlementaires, souvent avec la complicité volontaire de ceux-ci. Ces derniers en effet tirent profit des aides évidents ou occultes que leur apportent les divers intérêts économiques inspirant ces lobbys. Aucune assemblée n'y échappe, que ce soit l'ONU, le Parlement européen, les parlements nationaux, les collectivités locales de toutes tailles.

Comment lutter contre eux ? La Loi dite Sapin 2 s'y efforçait, dans ses dispositions dites « pour la transparence ». https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033558528&categorieLien=id

Il s'agit de mesures utiles, mais difficiles à appliquer, dont certaines ne seront jamais respectées. Il aurait cependant été bon que le projet de loi Bayrou les ait reprises à son compte, actualisées et renforcées. Il n'en sera rien semble-t-il. Ceci permet de relativiser les attentions affichées en matière de transparence par le nouveau Garde des Sceaux et le gouvernement.

Pourtant, plus que jamais, les lobbies financés par de grosses entreprises, souvent américaines, et pouvant entrainer des milliers ou centaines de milliers de victimes, sont dénoncés par des experts. Ceux ci le font souvent à leurs risques et périls car il n'est pas bon d'affronter ces monstres.

L'exemple dont on reparle ces jours-ci est celui de la firme Monsanto, qui multiplie plus que jamais les efforts pour déconsidérer ceux qui soulignent les risques considérables de santé publique liés à l'utilisation de glyphosate dans son pesticide Round up. On lira à ce sujet des articles éloquents du Monde, lequel n'a pas hésité, malgré si l'on en croit certaines sources internes, la réception de menaces voilées, à évoquer une nouvelle fois cette question. Voir la série dite des Monsanto papers publiée par le journal à partir du 01/06/2017 http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/06/01/monsanto-operation-intoxication_5136915_3244.html

Face à une question de cette ampleur, que pourrait proposer, dira-t-on, la loi sur la moralisation de la vie publique? Certes ce ne sera pas facile. Cependant il existe une réponse simple. D'abord mentionner le problème, en soulignant son ampleur. Ensuite édicter quelques règles permettant de protéger les « lanceurs d'alerte » et les médias qui leur feront écho. Ceci se fait ou se fera sur d'autres sujets. Pourquoi pas quand il s'agira de dénoncer l'action néfaste de certains lobbies s'en prenant directement à la moralité de la vie publique ?

03/06/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire