Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Vladimir Poutine à Versailles.

Dieu sait (Dieu qui sait tant de chose) que nous n'étions guère favorables à l'élection de Emmanuel Macron à l'Elysée. Non sans raisons - et nous n'en démordons pas - nous considérions qu'il avait été lancé, avec une débauche de moyens publicitaires, comme une nouvelle lessive. Mais il arrive que la marque de lessive échappe à ses concepteurs et fasse son chemin toute seule sur le marché.

Emmanuel Macron a été lancé par des intérêts restés  obscurs à nous pauvres observateurs dénués de moyens sérieux d'investigation. Mais il faut admettre qu'il s'agit d'un jeune homme exceptionnel capable de réussir en quelques jours ce que des générations de présidents français avant lui n'avaient même pas essayé de faire, redonner à la France une véritable stature internationale. Et plutôt que pour cela tenter de se faire remarquer en courtisant Donald Trump et Angela Merkel (voir sur ce sujet notre article du 28/05 La France n'a pas à choisir entre Trump et une Union européenne allemande ) il a osé braver une grande partie de l'opinion française, imprégnée sous l'influence des « Occidentaux » d'un anti-poutinisme forcené.

Il y a réussi, comme l'a symbolisé la longue discussion qu'il a eue à Versailles le 29/05, suivie de la conférence de presse conjointe dans la grandiose Galerie des Batailles. Mais il a été beaucoup aidé par Vladimir Poutine, manifestement heureux d'échapper, lui et la Russie, à un ostracisme insupportable personnifié par un François Hollande qui lui avait fait l'affront de lui refuser l'accès à l'inauguration de la cathédrale orthodoxe de Paris.

Les commentaires ne manquent pas sur les heureuses perspectives offertes à la France par ce rapprochement avec la Russie. Celui-ci est venu bien trop tard, mais il s'est fait. Comme par miracle, tous les anti-Poutine forcenés vont se révéler des pro-Poutine de plus en plus enthousiastes. Nul ne s'en plaindra. Mieux vaut tard que jamais. Errare humanum est.

Quant à nous, nous aurons évidemment à suivre aussi attentivement que possible les futures négociations et accords entre la France et la Russie. Les enjeux pourraient en être considérables, face à l'effacement voulu ou contraint de Donald Trump et dans une certaine mesure de l'Empire américain. N'en préjugeons pas ce soir. Merci aux sherpas de Poutine et de Macron qui avaient imaginé la rencontre et l'ont rendue possible.

PS. au 31/05.

Concernant la Syrie, 
Macron a curieusement parlé d'une ligne rouge, y compris devant Poutine,  mais on peut douter qu'il affronte ce dernier directement sur ce point comme concernant Bashar al Assad.
La rencontre que Macron a eu le 30 avec un représentant de l'opposition syrienne peut inquiéter. Mais sans doute est-ce un simple geste diplomatique. Ceci dit, affaire à suivre. 

29/05/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire