Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Trump: début de retour à la raison?

Il n'est pas probable que Trump, de lui-même, renonce à ses ambitions militaristes mortifères. Sans doute le fait-il sous la pression de son entourage, y compris des généraux qui commencent à douter de la capacité des USA à mener des guerres sur plusieurs front, et d'abord contre la Corée du Nord.

 

Sur ce point, les observateurs ont noté que la Maison Blanche ne menace plus ce pays d'une guerre préventive, s'il ne renonçait pas à ses développements en matière de missiles et d'arme atomique. La destruction de la Corée ne viendrait que si Pyongyang procédait de lui-même à une première frappe, ce qui est hautement improbable.

L'élément nouveau a été une déclaration relatée par TheDuran à la date du 27 avril, provenant d'une réunion à Washington n'ayant duré qu'un quart d'heure mais ayant rassemblé un grand nombre de sénateurs, selon laquelle les USA continueront à faire pression sur la DPRK (Corée du Nord) pour qu'elle cesse ses investissements militaires, en utilisant un processus classique de sanctions et de pressi ons provenant des alliés de l'Amérique. Plus d'action militaire a priori n'a été évoquée. Une décision en ce sens du secrétaire d'Etat Tillerson et du secrétaire à la Défense Mattis a ensuite été publiée. L'armada déployée au large de la Corée devrait donc retourner à ses bases.

Il en sera de même des menaces de toutes natures, y compris militaires en mer de Chine, formulées par Trump contre la Chine. Le ton a fortement baissé, sans doute sous l'effet des réitérations récentes d'amitié indéfectible entre Pékin et Moscou. Une attaque contre la Chine provoquerait, nul n'en doute plus, une riposte de même proportion de Moscou.

Le monde entier a par ailleurs noté que Trump cessait d'annoncer une sortie immédiate de l'Amérique des accords internationaux sur le climat. Ceci sans doute sous la pression des intérêts économiques espérant d'importants chiffres d'affaire provenant de la lutte contre le réchauffement.

Trump a par contre confirmé d'importantes baisses fiscales. On se demande cependant comment, avec un budget réduit de près du tiers, il pourra financer les investissements en matière de relocalisation industrielle promises à son électorat populaire.

Que l'on se rassure cependant. Si Trump sur certains points paraît redevenir raisonnable, il reste aussi impulsif et imprévisible qu'il l'a toujours été. La méfiance à son égard ne devrait pas cesser. Du jour au lendemain, il pourrait annoncer par un tweet une nouvelle initiative potentiellement catastrophique.


28/04/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire