Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Que se passera-t-il si Trump bombarde d'autres pays jugés hostiles?

Ces autres pays ont déjà été désignés par le complexe militaro-industriel américain. Il s'agit en priorité de la Syrie, de l'Iran et de la Corée du Nord. Mais vient ensuite la Chine, bientôt première puissance mondiale et jouant un rôle stratégique essentielle en Mer de Chine Sud. Il pourra s'agir aussi de la Russie, si Vladimir Poutine commence à s'opposer directement aux agressions militaires américaines.
Ceci n'arrivera pas, se rassure l'opinion mondiale, parce que l'Amérique n'osera pas encourir les représailles éventuellement nucléaires de la Chine et de la Russie. Cette dernière dispose d'un arsenal notamment en ICBM (missiles intercontinentaux) qui sans atteindre celui de l'Amérique, serait largement suffisant pour détruire en seconde frappe ou frappe en retour non seulement cette dernière mais le monde entier.

Cependant les plus enragés des bellicistes américains comptent sur les barrières de missiles anti-missiles terrestres ou sous-marins installées aux Etats-Unis et chez un certain nombre de pays sous dépendance, pour anéantir une frappe en retour russe ou chinoise, comme même pour en empêcher le lancement.

Ils estiment donc qu'une attaque massive américaine, qu'elle soit à base d'armements conventionnels ou d'armes nucléaires tactiques à effet limité, ne déclencherait aucune riposte notable des pays visés. Autrement dit il s'agirait d'étendre au monde le processus de l'attaque qui vient d'être menée contre Damas. Ceci provoquerait sans doute l'indignation ou la panique dans le monde, mais sans effets dommageables pour la puissance militaire américaine.

Pourquoi alors s'en priver, y compris dans les meilleurs délais? Quelques bombardements bien placés pourraient immédiatement permettre à l'empire américain de retrouver son ancienne domination. La population américaine, subjuguée, n'aurait que deux perspectives, laisser faire ou applaudir.

Malheureusement, tout laisse croire que cette brillante idée est de plus en plus agitée dans les cercles américains de la défense. Elle risque d'être reprise rapidement par un Trump sous influence ou par d'autres futurs dirigeants plus manipulables.

Nous ne voyons pour notre part aujourd'hui aucune raison d'exclure ce risque d'une guerre généralisée menée par l'Amérique. Désormais, tout est à prévoir.



08/04/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire