Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

François Fillon président de la République ?

La perspective n'est plus à exclure. En effet, le comité politique des Républicains qui s'est réuni au siège du parti, rue de Vaugirard à Paris le 6 mars, a maintenu son soutien à François Fillon dans la perspective des élections présidentielles.

Son président Gérard Larcher a communiqué ce qui suit à l'issue de la réunion « Le comité, après un large échange, a renouvelé à l'unanimité son soutien à François Fillon et s'engage à œuvrer au rassemblement des familles politiques de la droite et du centre autour de lui et du projet qu'il porte pour le redressement national François Fillon a indiqué qu'il prendra des initiatives pour porter ensemble nos valeurs. Les Républicains sont rassemblés pour la victoire.

On ne peut qu'admirer le courage de François Fillon à se maintenir, malgré les critiques et les défections qui s'accumulaient contre lui. Mais le courage ne suffit pas à rassembler un électorat suffisant pour l'emporter à la présidentielle. Les électeurs, au moins ceux qui tenteront de réfléchir au delà des emballements médiatiques, devront comparer les programmes tels qu'aujourd'hui affichés et choisir entre les candidats jugés les mieux capables de les mettre en oeuvre.

Les Républicains, sous la direction désormais de François Fillon, reprendront désormais le programme proposé par ce dernier lors des primaires de la droite et du centre. Même s'il a été quelque peu amendé par Fillon lui-même, ce programme sera celui d'une droite dure voulant se débarrasser de tous les relents de social démocratie conservés par François Hollande. Il serait improbable qu'il plaise aux nombreux électeurs dits « défavorisés » que la candidature Fillon devrait rassembler. Cependant le programme sera soutenu et vendu à l'opinion avec l'aide de millions d'euros par les forces économiques, politiques et médiatiques représentant le libéral-capitalisme qui gouverne la France depuis des décennies, y compris sous la présidence dite socialiste de François Hollande.

Rien n'exclut cependant qu'un nombre suffisant de ces électeurs « défavorisés » se rallie à François Fillon, séduits notamment par la posture anti-système qu'il vient d'afficher ces derniers jours. Un point important, qui restera à préciser par François Fillon, concerne le maintien par ce dernier d'une volonté de se rapprocher de la Russie, permettant d'échapper quelque peu à la domination qu'exercent en France les intérêts transnationaux financiers symbolisés par Wall Street. Mais que restera-t-il de cette volonté chez un Fillon président de la République nécessairement manipulé par les forces atlantistes.

Macron président?

Les sondages de ces derniers jours indiquaient qu'à défaut d'une offre crédible de la droite et du centre, Emmanuel Macron était en bonne passe d'être élu, non pas sur son programme encore illisible quoique indiscutablement droitier quoiqu'il en dise, mais par la possibilité qu'il aurait d'éliminer Marine Le Pen s'il restait seul en face de celle-ci lors du deuxième tour de la présidentielle. Nous avons dit ce que nous pensions d'Emmanuel Macron, candidat fabriqué et soutenu par des forces discrètes mais très efficaces représentant les intérêts de Wall Street et de l'Etat profond américain. Il serait donc désastreux pour la France qu'il devienne président de la République. Le retour en force possible de François Fillon candidat de la droite et du centre permettrait, il faut l'espérer, de chasser Macron de la première place qui est actuellement la sienne dans les sondages en face de Marine Le Pen. Il retomberait à la troisième place. Tous ceux qui en France voudraient refuser un Macron-l'américain ne pourraient que s'en réjouir.

Concernant le Parti socialiste, il est actuellement dans un tel état de décomposition qu'il n'aurait pensons-nous aucune chance d'accéder au deuxième tour. Ceci même avec l'appui de Jean-Luc Mélenchon. Nous ne voyons pas comment il pourrait rallier les millions d'électeurs « défavorisés » que l'incohérence de son programme n'encouragera pas à se mobiliser. Nous pouvons le regretter, mais c'est ainsi.

Une Europe à plusieurs vitesses?

Restera Marine Le Pen et son programme, encore flou sur certains points mais qui dans l'ensemble devrait continuer à être soutenu par 30 à 40% de l'électorat. Son point clef demeurera la volonté de sortir de l'Euro et de l'Union européenne. Mais il faut admettre que le mini-sommet européen en forme de dîner de travail réunissant le 6 mars les leaders français, allemand, italien et espagnol à Versailles, a redonné de l'espoir à tous ceux voulant échapper à la tyrannie actuelle imposée par l'Union européenne. Le « club des quatre » a permis à ceux-ci d'afficher leur unité et d'acter la nécessité d'une Europe à plusieurs vitesses, seule manière selon eux de sortir l'Union de l'ornière. (voir http://www.la-croix.com/Monde/Europe/A-Versailles-mini-sommet-plaide-pour-Europe-plusieurs-vitesses-2017-03-07-1200829872

Qu'en sera-t-il de cette perspective face à la volonté persistante des Etats-Unis, y compris sous la présidence Trump, d'affaiblir l'Europe et de continuer à en faire un instrument au service de l'Empire américain? Sans doute peu de choses. Néanmoins cette déclaration affaiblira beaucoup les projets, notamment ceux de Marine Le Pen, visant à une sortie radicale de l'euro et de l'Union. A quoi bon cette sortie si certains pays, notamment la France, pourraient faire valoir leurs intérêts dans une Europe à plusieurs vitesses ? La question est complexe. Nous y reviendrons.

Dans l'immédiat cependant, nous pourrions en conclure que Marine Le Pen, à supposer qu'elle accède au second tour, n'aurait aucune chance de l'emporter face à la coalition des lepenophobes.

Beaucoup le regretteront mais c'est ainsi. Dans ce cas, faut-il préférer Fillon à Macron comme président? Pour nous la question ne se pose pas. Face à un Macron qui ridiculiserait la fonction présidentielle, un Président François Fillon serait en tous points préférable. Espérons qu'une majorité d'électeurs jugeront de même.



07/03/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire