Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Dany Lang: Emmanuel Macron comme candidat neuf et hors système - «une escroquerie absolue»

Les mouvements politiques ou les personnalités de "gauche" qui disent aujourd'hui pouvoir éventuellement soutenir Emmanuel Macron demain, mentent délibérément aux citoyens.

Dany Lang est maître de conférences en économie à l'Université de Paris 13. Il est responsable du groupe de travail "Analyses et modélisations Post-Keynésiennes" du Centre d'Economie de Paris Nord (UMR CNRS). 

Il enseigne actuellement la macroéconomie, l'économie du travail, l'économie européenne, la finance et la modélisation, tant en premier qu'en deuxième cycles. Ses cours sont assurés à Paris 13, à l'université de Haute Alsace (Mulhouse) et à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 

Il est membre du groupe, très écouté, des « Economistes atterrés »

Voici des extraits de ce qu'il pense d'Emmanuel Macron et de son programme – plus exactement de son absence de programme (source https://francais.rt.com/opinions/33450-emmanuel-macron-candidat-neuf-escroquerie-absolue)

RT France : Emmanuel Macron vient d'annoncer qu'il ne dévoilerait pas son projet avant le mois de mars. Pourquoi en reporte-t-il la publication ?

Dany Lang (D. L.) : Selon Le Gorafi http://www.legorafi.fr/2017/01/24/emmanuel-macron-confirme-quil-ne-revelera-son-programme-que-sil-est-elu/ il a dit qu'il ne révélerait son programme que lorsqu'il serait élu. Cela fait dix ans qu'Emmanuel Macron est à la manœuvre et il réussit à se faire passer pour un homme neuf. Il faut rappeler que Nicolas Sarkozy lui avait proposé un poste de ministre, qu'il a refusé par ce qu'il pensait pouvoir obtenir mieux. Il a ensuite été nommé rapporteur de la Commission Attali pour la libération de la croissance, qui a inspiré des propositions de loi. Sous François Hollande, Macron a agi dans l'ombre, puis en plein jour.

Son programme économique, tel qu'on peut le comprendre, est dans la droite ligne de ce qui s'est fait depuis dix ans et, au-delà, lors des trois dernières décennies. Je ne vois pas comment il pouvait rester populaire et continuer d'avoir le programme que l'on connaît, vu la popularité des politiques qu'il a inspirées. C'est une politique de l'offre, un programme en faveur des très grandes entreprises financiarisées, des grandes banques.

Il a suffisamment travaillé sous François Hollande à faire en sorte que la réforme bancaire promise par le candidat soit vidée de tout contenu. La fameuse séparation des banques de dépôts et d'investissement, défavorable aux grandes banques, a été soigneusement enterrée.

D. L. : Cela ne m'étonne guère. C'est tout-à-fait cohérent. Jean Pisani-Ferry est depuis longtemps sur cette ligne libérale dure qui est celle d'Emmanuel Macron. Les ralliements concernent des personnes qui sont sur une ligne libérale, mais qui ne partagent pas forcément le conservatisme de François Fillon en matière de mœurs, tout en étant sur la même ligne que lui en matière d'économie.

RT France : Vous avez dit qu'Emmanuel Macron était dans la politique depuis des années et pourtant dans les médias il est présenté comme un homme neuf et hors système. Pourquoi ?

D. L. : C'est une escroquerie absolue. On s'en rend bien compte en voyant ce qu'est Emmanuel Macron – il n'a rien de neuf. Il a été le rapporteur de la commission Attali sous Nicolas Sarkozy et une partie de ses propositions se sont traduites par des propositions de loi sous Nicolas Sarkozy, puis François Hollande. 

Les idées libérales défendues par Macron  sont de vieilles recettes du XIXe siècle, recyclées, pour être rendues plus attractives et soutenues par les médias qui appartiennent à des grands groupes. Il n'y a absolument rien de surprenant. Donnez-mois une seule idée neuve d'Emmanuel Macron, qui soit neuve par rapport au XIXe siècle ? 

Macron défend la vieille loi de Jean Baptiste Say, l'idée que l'offre crée sa propre demande, une idée complètement décrédibilisée lors de la crise des années 1930. Macron, c'est la politique de l'offre, c'est la continuation des politiques de baisse des salaires, la baisse des cotisations sociales, c'est l'uberisation généralisée de la société. L'exploitation généralisée des gens qui conduisent des voiture n'a strictement rien de neuf ! Il s'agit toujours d'accroître les profits des grandes banques et des 0,1 % les plus riches.



05/02/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire