Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'ennemi pour Trump, ce n'est pas la Finance.

Donald Trump a signé le 3 février deux décrets (executive directives) abolissant la plupart des réglementations mises en place aux Etats-Unis visant à contrôler les activités des banques et des courtiers après la crise de 2008. Il s'en est pris particulièrement au Dodd-Franck Act de 2010 (Dodd-Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act) visant à protéger les marchés et les consommateurs des spéculations dangereuses des entreprises financières 1)
Il a par ailleurs déclaré vouloir annuler une réglementation du Labor Department devant prendre effet en avril et demandant aux banquiers et à leurs conseillers de faire passer les intérêts des clients avant les leurs. Il ne fallait pas trop attendre de toutes ces bonnes intentions, mais avec Trump elles disparaissent totalement du paysage réglementaire.

C'est sur le conseil d'un groupe de travail présidé par le multimilliardaire Stephen Schwarzman que ces décisions ont été prises. Celui-ci est président du géant de la finance Blackstone Group. Dans ce groupe de travail, désormais promu en conseiller officiel de Trump, l'on trouve Jamie Dimon, président de la JPMorgan Chase, et Laurence Fink, chef de la firme d'investissement BlackRock, tous deux également multimilliardaires. Il faut rappeler que Dimon s'était vu imposer des milliards de dollars d'amende à la suite des multiples violations de la réglementation concernant les banques dont s'était rendue coupable la Morgan Chase, considérée comme principale responsable de la crise dite des subprimes (mortgages). Cette crise avait ruiné des millions d'américains travailleurs et épargnants des classes moyennes, au vote desquels cependant Donald Trump avait bruyamment fait appel.

Le jour suivant les décisions concernant le Dodd-Franck Act, Wall Street a enregistré une hausse de 186 point de l'indice Dow Jones, comblant largement les baisses précédentes.

Parallèlement à ses concessions à la finance, Trump avait les jours précédents annulé les règlements opposés à la construction du pipeline dit Keystone and Dakota Access oil pipelines. Il a également nommé à la tête de l'Environmental Protection Agency des « amis » à lui opposés aux réglementations visant à protéger la santé et limiter les pollutions destructrices du milieu naturel.

Rappelons que parmi les ministres et conseillers de Trump se trouvent d'autres multimilliardaires et multimillionnaires, notamment Wilbur Ross, Betsy DeVos, Carl Icahn, Stephen Mnuchin, Rex Tillerson, Andrew Puzder, Elaine Chao et Gary Cohn. Le cadre du présent article ne permet pas de détailler leurs hauts faits dans la finance et la spéculation.

En dépit des mesures mises en place sous Barack Obama dans le cadre du Dodd-Frank Act, les profits des banques n'ont cessé d'augmenter, permettant aux 400 américains les plus riches de voir leur fortune passer de $1.57 trillion à $2.4 trillion. On imagine ce qu'il en sera sous l'égide de Donald Trump. La concentration des richesses aux mains des 10% des plus riches et plus précisément du 1% de ceux-ci, ne cessera d'augmenter. Comme ils ont les moyens de décider de l'avenir de l'économie mondiale, ce ne seront pas seulement les électeurs de Trump qui en souffriront, mais chacun d'entre nous.2)

Notes

1) https://en.wikipedia.org/wiki/Dodd%E2%80%93Frank_Wall_Street_Reform_and_Consumer_Protection_Act

2) La France sous François Hollande, lequel  s'était déclaré "ennemi de la finance", n'a pas été mieux servie. Dès son élection, à la surprise générale de ses électeurs , il s'est  empressé de nommer à son cabinet un certain Emmanuel  Macron, banquier d'affaire chez  Rothschild § Cie. 

04/02/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire