Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Trump et l'Etat profond américain

Dès avant son élection, Donald Trump avais promis de renforcer les moyens de l'US Army et de développer de nouveaux armements, notamment en terme de Missiles nucléaires intercontinentaux ICBM - pourtant surabondants aujourd'hui. Les récentes décisions de son secrétaire à la défense le général Mattis et ses propres annonces depuis son entrée à la Maison Blanche, vont dans le même sens.
Il faut se demander à quoi serviront ces nouveaux moyens militaires. Trump a déjà laissé entendre qu'il s'en servirait pour contraindre la Chine à se retirer de la Mer de Chine sud. Mais ceci devrait entrainer, selon les récentes déclarations des dirigeants chinois, des ripostes majeures pouvant conduire à des affrontements nucléaires. Ceci étant, les moyens actuels du Pentagone sont largement suffisants pour neutraliser les forces chinoises, en dépit de leurs renforcements récents. Pourquoi en ajouter?

Une autre hypothèse est que Trump, derrière un discours de relative ouverture à l'égard de Moscou, veut se donner les moyens de combattre la Russie, dont l'arsenal est largement supérieur à celui dont peut disposer la Chine. Depuis les années 1950, détruire les moyens militaires de la Russie ont toujours été l'objectif des présidents américains successifs, à l'exception sans doute de Kennedy. Or aujourd'hui, la Russie n'est capable de faire réellement jeu égal (ou équivalent) avec les Etats-unis que dans le domaine du nucléaire. Dans le domaine des forces armées conventionnelles, il n'y pas de commune mesure  entre les deux puissances, les forces armées américaines ( Army, Navy , Air Force et Marine-Corps) étant beaucoup plus importantes que les forces armées russes. Le budget de la défense Russe, certes en augmentation sensible depuis une dizaine d'années, a été longtemps de l'ordre du budget de défense français et reste de 7 à 8 fois inférieur au budget américain.  Là encore, accepter d'affronter militairement les Russes n'aurait de sens qu'au plan nucléaire, mais ce serait  le moyen inéluctable de provoquer un conflit atomique mondial, qui n'épargnerait aucun des deux adversaires. A moins d'être dément, Trump ne peut pas l'ignorer.

Le reste du monde, auquel Trump s'affrontera nécessairement dans la suite de son projet d'America First, n'a pas de moyens militaires suffisants pour représenter, même tous réunis, une menace pour Trump. C'est bien évidemment le cas de l 'Europe qui n'a pas de défense crédible, hormis celle, totalement sous-dimensionnée, dont dispose la France.

L'Etat profond et Trump.

Est-ce dans ces conditions Trump qui décide de sa propre initiative l'augmentation des moyens humains et technologiques du Pentagone? . Ne serait-ce pas, derrière Trump, l'ensemble du redoutable et discret Complexe Militaro Industriel Américain (military-industrial complexe ou CMI). Celui-ci est un élément important de ce que l'on désigne désormais par le terme d'Etat profond américain.

L'Etat profond américain est composé du réseau des décideurs évidemment non élus et discrets qui définiront, sous Trump comme ils le faisaient auparavant, la politique américaine, y compris dans ses dimensions géostratégiques. Pour simplifier, disons que l'on y trouve, outre le CMI, les entreprises de Wall Street, de la Silicon Valley et leurs représentants au sein des institutions officielles, le National Security Council, le Joint Chiefs of Staff, le Department of Homeland Security et la Federal Reserve Bank, sans mentionner le Pentagone proprement dit.

Le but de l'Etat profond est de maintenir son pouvoir, sur l'Amérique proprement dite et sur les Etats vassaux, face aux revendications populaires, « populistes » et « socialistes » s'efforçant aujourd'hui de se faire entendre. Il est aussi de conserver les confortables revenus que lui rapporte la politique de défense (soit par exemple, rappelons le, plus d'un trilliard de dollars pour un avion qui ne vole pas, le F 35 JSF). Rien de tel pour cela que la puissance militaire et les moyens de sécurité et de répression qui reposent sur elle.

L'hypothèse que nous retenons pour notre part est que l'apparition puis le succès électoral et aujourd'hui politique de Donald Trump, ne sont pas dus aux seules qualités indéniables de celui-ci.. Ils ont résulté d'une action déterminée de la partie de l'Etat profond s'étant rendu compte qu'Hillary Clinton ne serait pas un bon atout.

Un incident apparemment mineur et peu commenté semble significatif à cet égard. Au moment où Donald Trump prononçait son discours inaugural, dix officiers américains en grande tenue ont subitement surgi et se sont tenus une minute derrière lui. Ils se sont retirés lorsqu'un commandant des Marines les a prié de le faire. Quelques caméras ont pu saisir le scène (voir image ci-dessus). Jamais aucun incident de cette nature ne s'était produit dans l'histoire américaine.

On peut y voir le symbole du fait que Trump s'appuiera désormais principalement sur l'US Army. Mais à l'inverse, on peut y voir le symbole du pouvoir que celle-ci exercera dorénavant sur Trump.

25/01/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire