Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Le Brexit de Theresa May

Theresa May, premier ministre du Royaume Uni RU, a finalement rejoint le camp des partisans d'un Brexit dur. Très vite, un rendez vous entre elle et Donald Trump, se présentant comme hostile à l'Union européenne, UE, a été envisagé.

Dans les pays européens, un certain nombre de mouvements ou de responsables politiques se disent favorable à une sortie de l'UE. Mais que signifiera celle-ci si rien n'est fait pour rétablir les investissements industriels dans ces pays et restreindre le pouvoir des groupes bancaires et financiers ?

Ce sont ces derniers qui ont ruiné depuis 1970 les atouts économiques du RU hérités de la 2e guerre mondiale: une bonne puissance industrielle et la capacité d'exporter des biens de l'économie réelle Ce sont ces atouts qui avaient maintenu l'emploi à un bon niveau et limité le recours à la dette. Ce sont ces mêmes atouts que l'Allemagne pour sa part a développé depuis les années 1970. Ils lui ont donné sa forte puissance économique et politique actuelle. La France l'a fait dans une certaine mesure avec sa politique de grands travaux et ses programmes de haute technologie, dans les transports et la défense notamment.

Le RU, avec l'arrivée de Margaret Thatcher, a fait tout le contraire. Celle-ci a donné le pouvoir aux intérêts financiers (dits de la City) qui ont délibérément sacrifié les capacités industrielles du pays, jugées insuffisamment productives de profits pour eux. Ils ont tout bradé pour se donner les moyens de spéculer au plan transnational, en plein accord avec Wall Street. Une certaine Angleterre, celle des beaux quartiers de Londres, s'est enrichie. Mais ceci aux dépends de toute l'Angleterre laborieuse. Les équipements industriels ont été vendus, les exportations de biens matériels ont été arrêtées, le chômage s'est généralisé et la dette n'a cessé d'augmenter. Par contre s profits de la classe financière à forte implantation internationale se sont envolés versle haut.

Ceci ne pouvait manifestement pas continuer. Le Brexit a été présenté, au moins par certains, comme un moyen de restructurer la dette et de relancer les emplois productifs à l'intérieur de barrières protectionnistes. La gauche du Labour, dont le porte voix est aujourd'hui Jeremy Corbyn, voulait faire beaucoup plus. Corbyn proposait de reconstituer un Etat investisseur et social du type de celui ayant permis au RU de gagner la guerre. Mais comme nous l'avons plusieurs fois rappelé, il n'a pas été suivi. La droite du Labour, et l'ensemble des Conservateurs, n'ont qu'une ambition, poursuivre hors de l'UE et à plus grande échelle les politiques spéculatives dont seuls bénéficient les intérêts des super-riches et de la City.

Theresa May, a ce jour, n'a pas manifesté la moindre intention de reprendre à son compte les propositions de Jeremy Corbyn, seules capables de redresser en profondeur le RU. Ceci ne peut pas déplaire à Donald Trump mais devrait faire réfléchir ceux qui, ailleurs en Europe, proposent de sortir de l'UE. Serait-ce pour renforcer encore le pouvoir des financiers, en échappant aux contraintes, pourtant bien faibles, découlant de l'appartenance à l'UE et à l'euro? Serait-ce au contraire pour relancer la recherche scientifique, l'investissement industriel et la participation effective aux grands programmes de développement qui se mettent actuellement en place au sein de l'Eurasie?

Concernant la France, les débats qui précèdent l'élection présidentielle sont affligeants. La plupart des candidats refusent la sortie de l'UE. Mais ils n'envisagent pas d'agir pour faire de l'UE la troisième puissance géopolitique mondiale qu'elle pourrait être. Chez les socialistes, le seul candidat, Arnaud Montebourg, qui proposait, ne fut-ce que timidement, d'aller en ce sens, a été sèchement balayé par les partisans d'un libéralisme de soumission.



24/01/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire