Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Ou sont passés nos espions ? De Christophe Dubois et Eric Pelletier Albin Michel

Dans un ouvrage paru le 11 janvier ("Où sont passés nos espions?" Albin Michel), les journalistes Christophe Dubois et Eric Pelletier montrent les failles des services de renseignement français, lesquelles ont permis les attentats de l'année dernière en France. Ils estiment qu'un effort important de reprise en main est en cours, mais le lecteur est loin d'être convaincu. Ce que l'on nomme la lutte contre la radicalisation n,e semble pas prendre au sérieux un phénomène qui intéresse plus particulièrement les jeunes, filles et garçons, y compris lorsqu'ils exercent des activités dans les administrations et les forces de sécurité.
Beaucoup d'entre eux proviennent de milieux laïcs ou catholiques et se sont subitement convertis. Les cas cités sont intéressants, mais depuis la première rédaction du livre, ils se sont multipliés.

Parmi les cas cités, on trouve A., devenu gardien de la paix en 2012, qui après un voyage à la Réunion en 2013, a surpris ses collègues par son comportement "effacé" lors du contrôle d'une femme voilée. Ses collègues racontent son "obsession d'écouter des chants religieux en patrouille" et raconte qu'il a profité d'un arrêt pour aller acheter des burqas pour sa femme.
> Les "femmes sont impliquées dans un tiers des incidents et semblent très déterminées, n'hésitant pas à affronter leur hiérarchie", notamment au sujet du port de l'uniforme et des tenues vestimentaires, affirment les deux journalistes.
> Parmi elles, une femme agent de surveillance en poste dans le XIIe arrondissement de Paris qui se présente en septembre 2014 en hijab devant le médecin-chef, refusant la visite médicale. Le mois d'après, elle s'emporte contre le port de l'uniforme, comparant son pantalon à "une saleté de torchon de la République".
> Sur Facebook, elle appelle à la revanche des musulmans: "Lorsque Allah aura décrété la guerre, ils vont pas nous reconnaître ces lopettes de sionistes.


Il n'y a pas que dans les administrations que la radicalisation touchent les jeunes, les mettant directement sur la voie d'un terrorisme actif. On les trouve aussi parmi les élèves des établissement d'enseignement. Ceci semble-t-il touche plus particulièrement les filles. Ainsi, selon des cas rapportés, certaines, bravant les interdits des éducateurs, traitent régulièrement leurs camarades non radicalisées de "mécréantes" ou "kouffars". Beaucoup vont jusqu'aux menaces de mort.

Il faut ajouter que les modes de financement des organisations terroristes sont multiples. C'est le cas notamment en ce qui concerne les sommes considérables que leur versent, consciemment ou non, les consommateurs de viande et produits « hallal » 1)

Nous avions dans des articles précédents mentionné les nombreuses explications que les psychologues et les psychiatres tentent de donner à cette situation. Elles sont généralement fondées, plus particulièrement lorsqu'elles mettent en cause un milieu familial ou des parents manifestement abusifs. Mais il ne suffit pas d'expliquer. Il faudrait réagir en terme de police et de justice, avec des moyens pris à une toute autre échelle qu'ils ne le sont actuellement.

On peut se demander si nos sociétés s'armeront enfin dans la guerre qui leur est faite. Car il s'agit d'une guerre où les désaxés de ce type, hommes et femmes, sont utilisés par l'Etat islamique et autres équivalents pour nous détruire de l'intérieur, et finalement très efficacement.  La propagation des messages djihadistes par Internet étant pratiquement impossible à prévenir, il faudrait aller plus loin.

Israël

 Faudrait-il s'inspirer de la façon dont l'Etat d'Israël lutte et continuera à lutter contre une menace terroriste encore plus forte? Mais le récent attentat à Jérusalem montre que les mesures de prévention rigoureuse ont leurs limites. En France, s'inspirer d'Israël est critiqué par la gauche et la droite réunies comme des agressions « sionistes ». Quand on a vu Le Monde s'indigner ces jours-ci de la façon (présumée) dont François Hollande aurait décidé d'éliminer 8 (8 et pas 80 ou 800) djihadistes français combattant contre la France au Sahel et en Syrie, on peut imaginer les réactions que provoqueraient, non des éliminations mais de sérieuses mesures préventives en France.

Nous n'avons malheureusement pas de solutions à proposer pour notre part. Il s'agit d'une question qu'il faudrait évoquer à l'échelle de la Nation, plus particulièrement par les nombreux candidats qui s'estiment capables de devenir Présidents de la République.

1) On lira à ce sujet un article américain plus précis que les propos badins de la presse française
http://www.strategic-culture.org/news/2017/01/08/crowdfunding-terrorism-through-halal-certifications.html


11/01/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire