Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Donald Trump et la « nouvelle stratégie de défense européenne »

Nous lisons dans le Diploweb (http://www.diploweb.com/La-Strategie-Globale-de-l-UE-de.html?utm_source=sendinblue&utm_campaign=NL127090117&utm_medium=email#nb12) qu'entre le 14 novembre et le 6 décembre 2016, l'Union européenne a adopté un paquet de mesures significatives dans le domaine de la sécurité et la défense fondé sur trois axes principaux (voir ci dessous, texte résumé)

.  un plan de mise œuvre sur la sécurité et la défense entérinant un niveau d'ambition renouvelé pour l'UE fondé sur la protection, la projection et l'assistance et proposant des actions concrètes pour renforcer les outils à disposition : par exemple le lancement d'un semestre européen de la défense visant à développer des programmes capacitaires communs, des ajustements aux structures militaires de gestion de crise y compris pour renforcer les synergies civilo-militaires (l'UE a actuellement cinq missions militaires déployées en mer Méditerranée, dans le golfe d'Aden, au Mali, en Centrafrique et en Somalie) ainsi qu'une refonte des outils de réaction rapide ; 

. un plan d'action européen de la défense présenté par la Commission visant à maximiser les dépenses et la coopération en matière de défense, notamment au travers d'un fonds européen de la défense comprenant un volet de recherche collaborative sur les technologies de défense innovantes et stratégiques (budget estimatif de 500 millions d'euros par an) et un volet capacité pour le financement en commun ; 

. un plan de mise en œuvre de la déclaration UE-OTAN du 8 juillet 2016 basé sur 42 mesures concrètes, notamment sur la cyber sécurité, les capacités militaires ou la recherche, constituant l'avancée la plus significative dans la coopération entre les deux organisations depuis les accords de Berlin+ de 2003. 

Il est clair que ce paquet Défense reste dans ses grandes lignes la prolongation de la stratégie actuelle de défense européenne, dont on peut dire rapidement qu'elle n'existe pas en propre mais demeure sous la dépendance de l'Otan. Or l'Otan est dominée d'une part par les Etats-Unis et d'autre part par un certain nombre de pays qui contrairement à la France, ont toujours refusé d'afficher leurs intérêts propres et de mettre au service de ces intérêts des moyens militaires et de sécurité appropriés.

Trump

L'élection de Donald Trump aura-t-elle des conséquences sur la « stratégie de défense » de l'UE? Concernant l'Otan, Trump n'a pas manifesté de volonté claire visant une modification réelle des rapports avec la Russie. Il s'est borné à dire que les pays européens devaient financer les dépenses liées à la résistance contre une volonté supposée d'expansion de la Russie. Concernant la Chine, il s'engage dans une politique de confrontation éventuellement militaire avec la Chine qui ne pourra que gêner, voire paralyser, le développement des actuelles relations des pays de l'UE avec ce pays.

Il est possible par ailleurs que Trump s'engage dans une politique de démobilisation dans la lutte contre le changement climatique et dans une mobilisation de la lutte contre les migrations. Comment l'UE se positionnera-t-elle dans ces deux domaines. Comme l'on pouvait s'y attendre, le paquet Défense évite soigneusement d'aborder la question.

Autrement dit, les stratèges européens en matière de défense, comme leurs correspondants dans chacun des Etats, s'ils existent, auraient intérêt à réviser d'urgence leurs priorités. Ceci dans le sens d'une véritable reprise de pouvoir au profit de l'UE.

On ne voit pas qui portera ce message dans une UE toujours otanisée, autrement dit tétanisée, si l'on nous permet le mot.

08/01/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire