Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Renouvellement des « sanctions » anti-russes

Par une décision unanime, les 28 Etats membres de l'Union européenne ont prolongé pour une nouvelle période de six mois leurs sanctions économiques prises en 2014 contre la Russie, dans le cadre du conflit ukrainien.
Quelques jours avant, lors du Conseil européen du jeudi 15 décembre, les 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne (UE) avaient approuvé à l'unanimité cette reconduction, «après avoir évalué la mise en œuvre (jugée insuffisante) des accords de Minsk», censés mettre fin au conflit dans l'est ukrainien. La Pologne, rapporte l'agence Reuters, avait demandé avec d'autres Etats une prolongation plus étendue encore de ces sanctions.

François Hollande a cependant considéré que «Le gouvernement ukrainien devrait également, de son côté, remplir ses obligations au sujet des accords de Minsk II», sans précisé de quelles obligations il s'agissait. Il a néanmoins voté comme les autres membres.

Pour la Russie, le gouvernement ukrainien n'a pas complètement mis en œuvre la trêve prévue, ce qui a incité les forces rebelles présentes dans l'Est ukrainien à prendre des mesures de représailles. 

Pourtant, différents dirigeants occidentaux avaient appelé discrètement au cours des derniers mois à amorcer un processus de détente entre la Russie et l'Union en matière de "sanctions" . D'une part parce que les sanctions avaient eu un effet contraire à celui escompté, affaiblir la Russie. Au contraire celle-ci a commencé à différencier ses sources de revenus. D'autre part parce que les mesures de rétorsion prises par Moscou en réaction aux sanction occidentales ont affecté les économiques européennes, notamment dans les secteurs des matières premières et de l'alimentation. Le gouvernement italien de Matteo Renzi, pour sa part, l'avait plusieurs fois souligné publiquement. 

Le Conseil européen montre une nouvelle fois sa soumission aux consignes de Washington. Mais peut-être risque-t-il d'avoir un train de retard si Donald Trump est confirmé président dans les prochains jours. Celui-ci a plusieurs fois indiqué qu'à ses yeux ces sanctions n'avaient aucun sens et, qu'une fois président, il ferait en sorte qu'elles soient annulés. Ceci ne pourrait qu'améliorer les relations américano-russes, objectif que Donald Trump a mis en priorité dans son programme.

Post scriptum.

En fait cette poursuite des sanctions est vue de Moscou une bonne nouvelle, laissant 6 mois de plus à l'industrie locale, notamment agroalimentaire, pour développer de nouveaux centres de production.
La levée des sanctions dans 6 mois ou plus ne changera plus grand chose et les entreprises européennes ne reprendront qu'un petite partie de leur part de marché initiale.







19/12/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire