Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Etats-Unis. Une campagne électorale désolante

Au soir du 07/11, heure française, quelques dizaines d'heures nous séparent de l'annonce des résultats. En attendant de commenter ceux-ci, nous pouvons faire quelques observations rapides concernant la campagne.
La première concerne l'absence de neutralité des organes supérieurs de l'Etat fédéral, symbolisée par les déclarations contradictoires de James Comey concernant l' « innocence » de Hillary Clinton dans l'affaire de ses emails. Personne ne peut croire qu'en quelques jours, ses services aient pu faire le travail présenté jusqu'ici comme impossible, visant à analyser des dizaines de milliers d'emails, même avec l'aide d'outils performants d'intelligence artificielle. Si James Comey a changé d'avis en quelques heures, c'est parce que le supposé « Incorruptible » qu'il devrait être, est au contraire contrôlé par les forces dominantes au pouvoir. Dans le même sens, les interventions forcenées de Barack Obama au service de Clinton montre qu'il est loin, et donc qu'il a toujours été loin, de l'impartialité minimum attendue d'un Président. Que dirait-on en Europe si les Présidents intervenaient de la même façon dans les campagnes électorales?

La seconde observation concerne la propagande en faveur de Clinton menée sans relâche et depuis de nombreux jours par la quasi-totalité des médias, dont le très officiel New York Times. Ils se comportent comme le faisait la presse en Union soviétique. Ainsi le NYT présentant Trump comme « an ignorant and reckless tyrant, a sexual predator, a business fraud, a liar who runs on a promise to destroy millions of immigrant families and to jail his political opponent.” . En aucun cas ces médias n'évoquent le risque de voir Clinton, dont le passé catastrophique est connu de tous, mettre en place une politique étrangère militariste, susceptible de conduire le monde à la guerre mondiale.

Là encore ces journaux sont manifestement aux ordres des puissances d'argent qui les font vivre. Seuls échappent à cette ambiance de terreur intellectuelle les sites en ligne dits libéraux ou alternatifs. Mais leur audience est infime par comparaison avec celle des grands médias, presse et télévision notamment. L'unanimisme pro-Clinton et anti-Trump de ces derniers ne peut pas, quoique on en dise, ne pas influencer en faveur de Clinton l'électorat profond. Sur ce plan, il est vrai, en France notamment, les médias se sont montrés tout aussi soumis que leurs homologues américains aux impératifs dictés par les puissances d'argent.

Or les préférences politiques de ces puissances d'argent en faveur de Clinton sont apparues une nouvelle fois en pleine lumière avec la remontée brutale des cours de Bourse ayant fait suite à l'annonce de Comey redonnant une nouvelle virginité à la blanche colombe Hillary. Ainsi la Bourse a-t-elle montré qu'elle aussi jouait à fond la carte anti-Trump.

Inutile de rappeler enfin ce que tout le monde peut constater. Aucun des deux candidats n'a évoqué ce que face aux grands problèmes du monde, ils pourraient proposer à l'Amérique une fois au pouvoir. Au contraire, l'un comme l'autre se sont enlisés dans ce que le Spiegel allemand a caricaturé en les montrant tous deux couverts d'ordures et de boue. Voici ce qui ne grandit pas la vie politique américaine, que toutes les élites en Europe présentent comme exemplaire.







07/11/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire