Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

« Banksters » et généraux pillent l'Amérique de concert

L'Honneur perdu de l'Amérique, tel était le titre que nous avions donné à un article commentant la chute brutale de l'image de l'Amérique à Davos. Les nouvelles ne s'améliorent pas.

Aujourd'hui, nous apprenons, à la suite d'une information rapportée par le chroniqueur britannique Patrick Cockburn, qu'après les « banksters » de Wall Street, (comme on les nomme plaisamment dans le petit peuple américain) ce sont les officiers généraux qui pillent le trésor américain.

« Dans ce qui pourrait se révéler comme la plus grande fraude dans l'histoire des Etats-Unis, les autorités américaines de contrôle ont commencé à enquêter sur le rôle présumé d'officiers supérieurs dans le détournement de 125 milliards de dollars destinés à relever l'Irak après la chute de Saddam ». Ces détournements auraient été conduits avec la complicité de différentes sociétés privées mandatées à cette fin.

Nous avons toujours pensé, fidèles à une vieille déontologie administrative française, aujourd'hui de plus en plus oubliée,  que l'argent public et l'argent privé ne doivent pas transiter par les mêmes canaux et surtout pas par les mêmes mains. De même, les responsabilités régaliennes ne doivent pas être sous-traitées à des entreprises privées. Cela n'a jamais été la règle aux Etats-Unis et l'est devenu de moins en moins avec l'arrivée au pouvoir des néo-conservateurs.

La justice n'échappe pas non plus à ces dévoiements. On vient d'apprendre, petite affaire mais significative, que deux juges américains  condamnaient sévèrement des mineurs pour les envoyer dans des établissements privés de redressement avec lesquels ils étaient de mèche.  Leurs détournements n'ont pas atteint l'ampleur de ceux des généraux de l'US Army ou de Madoff, mais ils ont porté cependant sur  quelques centaines de milliers de dollars.

Il sera intéressant de noter dans les jours prochains si cette tache à l'honneur du drapeau étoilé, évoquée par Patrick Cokburn, fait le même bruit dans l'opinion américaine que l'affaire Madoff. En attendant, hauts les coeurs !. C'est un tel outil militaire en décomposition qui va fêter prochainement le retour de la France dans le bercail de l'Otan.
17/02/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire