Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'offensive islamiste en France

Le dossier Tabou, de Bernard de la Villardière, diffusé par M6 le 28/09 1) donne une image particulièrement inquiétante de l'offensive multiforme menée dans le monde par l'Islam pour s'imposer. La France est particulièrement visée, vu la présence de millions de musulmans provenant pour beaucoup d'Algérie, du Maroc et de la Tunisie, dont un nombre croissant se dit favorable à la charia. Beaucoup d'entre eux sont par ailleurs désormais originaires d'Afrique dite francophone. Leurs effectifs s'accroitra désormais inexorablement avec les modifications climatiques.

Dès après l'émission, un grand nombre de voix(bien pensantes, selon l'expression)  se sont élevées en France pour dénoncer l'esprit partisan, recherchant le sensationnel, de Bernard de la Villardière. Or, quel que soit le jugement que l'on puisse porter sur l'homme, le dossier rappelle des phénomènes que personne ne nie et qui prennent de plus en plus d'ampleur: port du voile, demandes à caractère intégriste à l'hôpital, écoles confessionnelles, construction de mosquées. Il évoque par ailleurs sans insister le fait que des musulmans intégristes sont de plus en plus présents au sein même, non seulement de l'hôpital, mais des forces de l'ordre. Ils ne pourront qu'en perturber l'efficacité dans la lutte contre le terrorisme.En contrepartie, le film donne longuement la parole à des représentants de la communauté musulmane qui n'hésitent pas à s'élever contre l'offensive extrémiste, fut-ce au péril de leur vie vu le nombre de menaces de morts qu'ils reçoivent

L'émission met par ailleurs en évidence le fait que plusieurs courants de l'islam sont présents sur le sol national. La concurrence entre eux finit toujours par favoriser les plus salafistes d'entre eux. Il ne s'agit pas de rumeurs mais de faits, comme l'ont montré les représentants de ces courants ayant eu la parole au cours de l'émission, sans être en rien contredits. On a pu voir à cette occasion que leur voix sont devenus prédominantes dans les organisations censées représenter l'Islam de France, mises en place et encouragées par les gouvernements successifs. L'objectif recherché par ces politiques publiques est de donner du poids aux musulmans intégrés ou en voie d'intégration. Mais comme il fallait s'y attendre, ce sont les plus anti-républicains, anti-laïcité, anti féministes d'entre eux qui finissent par prendre en mains ces organisations.

Dans le cadre d'un reportage à Sevran, devenu avec ses grands ensemble une pépinière de djihadistes, dont des dizaines sont partis pour la Syrie et dont certains commencent à revenir, l'émission a bien montré un phénomène désormais incontesté dénoncé par les observateurs: le fait que des élus locaux, pour recueiilir les voix des électeurs musulmans, donnent de plus en plus de facilités provenant des ressources publiques, aux organisations les plus intégristes. L'entretien avec le maire écologiste de Sevranen en a donné la preuve manifeste. Celui-ci a ensuite contesté les conditions de l'interview (voir https://francais.rt.com/france/26974-agression-bernard-villardiere-maire-sevran mais les faits exposés ne peuvent être contestés.

La course aux voix musulmanes, fussent-elles radicales, se manifeste dans un nombre croissant de collectivités locales ou départementales. Elle se fera aussi inévitablement lors de la prochaine campagne présidentielle française. On peut craindre que les candidats, principalement issus de la gauche, y aient abondamment recours pour accroitre le nombre de leurs électeurs, par ailleurs en diminution constante.

Nous devons signaler un fait quasiment passé sous silence dans l'émission. Il s'agit d'une attaque de l'équipe de tournage et de La Villardière lui-même à Sevran, Ils ont été pris à partie par des « jeunes de banlieue » devant une mosquée suspectée d'inciter au djihadisme et récemment murée par les autorités. Mais manifestement ces « jeunes » voulaient éviter l'attirer l'attention sur les trafics de drogues auxquels ils se livrent et qui les financent abondamment. Là encore, les aurorités municipales et nationales ferment les yeux sur un phénomène qu'elles ne s'estiment pas sans doute pas en mesure de combattre, mais qui dévaste les « quartiers », par exemple notamment les quartiers Nord de Marseille.

Bernard de la Villardière ne s'est évidemment pas hasardé à proposer des solutions pour remédier aux maux qu'il avait mis en évidence. Nous mêmes, en dehors d'idées simplistes, nous ne le pourrions pas. L'offensive islamiste, largement financés par les Etats sunnistes, semble devoir se propager inexorablement en France. Il est clair que les timides mesures prises pour l'empêcher n'y suffiront pas. Ainsi des zones de déradicalisation, de construction de logements sociaux ou plus largement au plan de l'Education Nationale la mise en place de « zones d'éducation prioriaires » dont l'inefficacité aujourd'hui dénoncée par le Conseil national d'évaluation du système scolaire (voir http://www.cnesco.fr/inegalites-sociales/fabrique-des-inegalites-par-lecole/education-prioritaire/

Des réactions plus énergiques des populations autochtones, telles celles que certains autres pays européens commencent à tolérer, sont dénoncées sans doute à juste titre par les autorités comme porteuses de guerre civile. Mais faut-il par peur de la guerre civile, continuer à ne rien faire?

1) Voir retranscription par Tv-replay http://www.tv-replay.fr/nc/m6-replay/28-09-16/nc/1.html?openFilters=1

29/09/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Ces maires qui courtisent l'islam
05/10/2016 08:15:15 | Par : Martin
Dans le sens de votre article, il faut lirele livre de Joachim Véliocas «Ces Maires qui courtisent l'islamisme», paru aux éditions Tatamis en octobre 2010. Nul n'a pu en contester les révélations, mais les médias ont fait un complet silence à son égard.
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire