Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Airbus A400M: incapacité crasse ou déroute voulue?

Dans l'article « L'Europe face à la crise, l'encéphalogramme plat » daté du 25 janvier, nous évoquions les difficultés de l'A400M. Celles-ci ne s'améliorent pas. Le projet est en train de devenir l'emblème de l'impuissance de l'Europe à conduire un grand programme industriel, même dans le domaine militaire où les enjeux ne devraient pas permettra les approximations. Mais s'agit-il seulement d'une impuissance involontaire ?

C'est un rapport du Sénat, cité par Le Figaro, qui annonce de nouveaux retards sur la livraison des appareils. Dans le même temps, on apprend que Boeing, bon prince, a proposé aux pays clients de l'A400M de s'équiper provisoirement de son C-17. « Nous avons en effet parlé avec un certain nombre de pays », a confié à l'agence Reuters le responsable du programme C-17, Jean Chamberlin, sans pour autant préciser l'identité des Etats contactés. Boeing, qui a déjà en poche une commande de 190 appareils signée par l'US Air Force, a bon espoir de remplir le carnet du C-17, un programme bien avancé. Parmi ces Etats, on trouvera en premier le Royaume Uni, dont le Premier ministre Gordon Brown vient d'annoncer (réponse du berger à la bergère) qu'il n'a pas l'intention de « verser des primes à l'échec ».

On peut se demander si tous ces évènements ne sont pas d'une façon ou d'une autre la conséquence de la volonté de la France de rentrer dans l'Otan, complétée par les manœuvres impliquant de nombreux hommes politiques et industriels européens, visant à mettre en place le véritable nouvel espace euro-atlantique pour lesquels ils militent. Rappelons, parmi bien d'autres,  le rôle déjà évoqué ici du très suspect lobby euro-américain  Transatlantic Policy Network qui semble plus que jamais actif.

En pleine crise économique, cette affaire de l'A400M illustre une forme de protectionnisme à l'envers dont les Européens, à commencer par le président français, peuvent être fiers.

 
10/02/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire