Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Et si Trump trompait énormément?

Un article bien argumenté de Zeroedge 1) évoque une hypothèse qu'à notre connaissance bien peu d'observateurs n'avaient à ce jour formulée explicitement, et qui est la suivante: et si Trump avait dès le début accepté d'être battu par Hillary Clinton aux élections fédérales américaines?

De plus en plus de personnes, notamment dans le parti Républicain, qui a fait de Trump son candidat, s'étonnent en effet de voir celui-ci multiplier ces derniers temps des déclarations à l'emporte-pièce, peut-être fondées dans une certaine mesure, mais susceptibles de le couper d'un électorat indispensable.

Ne cherche-t-il pas alors à perdre les élections, laissant volontairement une voie royale ouverte à Hillary Clinton? L'article fait valoir différents arguments en faveur de cette hypothèse. Le plus crédible est que Donald Trump veut se limiter à augmenter son empire économique actuel grâce à la notoriété acquise, sans pour autant courir tous les risques de l'exercice d'un pouvoir pour lequel il se sait en fait peu apte.

Une autre hypothèse est qu'il craindrait de voir les nécessaires enquêtes fiscales ou politiques imposées à tout président mettre en lumière les multiples procédés contraires à la loi qu'il aurait pratiqué au cours de sa bénéfique carrière. L'argument le moins crédible selon nous mais qui est présent dans beaucoup d'esprits actuellement, est qu'il serait véritablement, sinon fou, du moins irresponsable et qu'il est incapable de contrôler son ego.

Dans une toute autre perspective, l'article, sans se prononcer véritablement, faute de preuves précises, se demande aussi si dès le début, Trump ne se serait pas mis d'accord avec Clinton pour se laisser battre, dégageant à son profit le terrain face à un électorat qui aurait pu représenter une menace sérieuse pour elle. Mais en ce cas, les espoirs de changement en profondeur de la politique américaine qu'aurait suscité Trump chez des millions de nouveaux électeurs, rentreraient-ils dans le silence sous une présidence Hillary? Ils pourraient la gêner considérablement, s'ajoutant aux espoirs précédemment suscités et également déçus par Sanders. Manifestement, une présidence Clinton ne sera pas un grand lac tranquille – sans mentionner les faiblesses personnelles de plus en plus évidentes manifestées par celle-ci.

L'Etat profond

Nous pouvons pour notre part nous demander si la candidature Trump suivie de son échec, n'avaient pas été organisés par le lobby militaro-industriel américain (l'Etat profond) pour mieux tenir sous contrôle une présidence Clinton considérée comme utile, mais à condition qu'elle ne dépasse pas certaines limites. Différents indices, que nous avons précédemment relatés, laissent supposer que la CIA et la NSA, pour ne pas les citer, ont organisé les fuites concernant sa messagerie personnelle afin de la mieux tenir en main. Ce ne serait donc en rien des hackers à la solde de la Russie. Pour cet Etat profond américain (si l'on peut employer ce terme sans être accusé de conspirationnisme) l'Amérique n'aurait pas aujourd'hui intérêt à s'engager dans des aventures militaires perdues d'avance, comme celles dont Hillary Clinton avait été précédemment responsable. L'Amérique doit mesurer soigneusement ses objectifs et ses moyens.

Dans un monde où, malgré les apparences, la super-puissance américaine voit son pouvoir marginalement reculer, il faut utiliser ce qui reste de pouvoir avec discernement. Dans ce cas, un président docile, comme s'est toujours montré Obama, est plus souhaitable qu'une va-t-en guerre. Or pour contrôler une Hillary Clinton considérée à son tour comme une « idiote utile » par l'establishment, les soutiens politiques déçus suscités par Sanders et Trump pourraient être utiles. A l'époque de la société numérique. ils ne rentreront pas nécessairement dans le silence. L'Etat profond pourrait donc au cas par cas les utiliser sans qu'ils s'en rendent compte, pour obtenir de la Présidente des décisions qu'avec son caractère emportée et sa courte vue elle ne prendrait pas spontanément. Par exemple pour l'empêcher de courir le risque d'un conflit nucléaire avec la Russie ou la Chine 2)

1) Voir http://www.zerohedge.com/news/2016-08-12/trump-deliberately-throwing-election-clinton

2) Sur l'éléphant, faut-il rappeler https://www.youtube.com/watch?v=ib3zBfCY3AE 

13/08/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire