Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'Afghanistan sur le point de tomber entièrement aux mains des Talibans

La bataille d'Alep en Syrie peut faire espérer que les forces se rattachant à l'Etat Islamique vont se trouver prochainement chassées de cette ville par les troupes de Bashar al Assad soutenues par les Russes. Il ne s'agira que d'une demi-victoire, car les islamistes possèdent l'aptitude d'évacuer les points chauds pour reconstituer leurs implantations ailleurs - sans mentionner une menace accrue sur la Libye et éventuellement l'Europe.
Mais le véritable combat aujourd'hui se livre actuellement en Afghanistan. Il oppose les Talibans aux troupes gouvernementales appuyées par les Américains, dans le cadre d'un « surge » ou renforcement de moyens qui avait été décidé en 2010 par Obama à l'instigation du Gal Petraeus. Les Talibans ne peuvent pas être complètement assimilables aux djihadistes de l'Etat islamique en Syrie, mais ils mènent, depuis plusieurs décennies, une guerre acharnée contre l' « Occident » pour parler simple. Ils reçoivent régulièrement une aide discrète du Pakistan, ce dont l'Inde ne manque pas de s'inquiéter.

Or aujourd'hui, selon des informations que vient de diffuser l'agence de presse UPI (http://www.upi.com/Top_News/World-News/2016/08/10/Second-provincial-capital-in-Afghanistan-in-danger-of-falling-to-Taliban/5311470831908/, la ville stratégique de Lashkar Gah, capitale de la province de Helmand, est complètement encerclée par les Talibans. L'armée afghane serait très rapidement dans l'obligation de l'évacuer.

Il s'agira d'une défaite majeure pour Obama, qui signera là un nouvel échec dans une politique déjà désastreuse au Moyen-Orient. Le « surge » avait été principalement centré sur les provinces d'Helmand et de Kandahar. Il s'était accompagné de vagues de corruption tolérées par les Américains et ayant vite contribué à rendre impopulaire le gouvernement « légitime » de Hamid Karzar, ceci jusqu'au retrait de ce dernier .

Au regard de cette corruption et des trafics de drogues tolérée sinon encouragés par les Américains, les Talibans ont pu sans difficulté, malgré les violences qu'ils pratiquaient, se présenter comme les champions intègres du nationalisme afghan et plus généralement de la religion musulmane.

Que va faire Obama? Sans doute rien. Mais que va faire son successeur? Relancera-t-il un nouveau « surge » avec des moyens accrus? Mais les réticences déjà forte de l'électorat américain ne pourront en ce cas que se faire encore plus fortement sentir. De toutes façons, le prestige des Talibans, si la province d'Helmand tombe entre leurs mains, ne pourra qu'en être accru, dans tous le Moyen-Orient et plus particulièrement dans les provinces à majorité russe voisine de l'Afghanistan. et de la chaine des "khans"

Vladimir Poutine refusera certainement de partager la responsabilité des Américains dans ce succès des Talibans. Mais il pourra pas ne pas en tenir compte. Ne fut-ce qu'au regard des risques renouvelés de contamination par un djihadisme conquérant aux portes de la Russie.

11/08/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire