Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Who Rules the World? par Noam Chomsky

Noam Chomsky est un intellectuel mondialement connu. En tant que linguiste, il s'était fait connaître par son hypothèse selon laquelle le langage était apparu chez les hominiens à la suite d'une mutation génétique. Il avait cru pouvoir identifier des « gènes du langage »
Cette théorie avait perdu de son intérêt face aux travaux de la linguistique et des neurosciences modernes, qui considèrent l'aptitude langagière comme résultant de nombreuses causes réparties dans les organismes et dans les sociétés ayant développé les langages. De plus, l'espèce humaine n'en a pas le monopole. Noam Chomsky s'était cependant attaché à son hypothèse, que très récemment il exposait encore.

Mais c'est depuis comme combattant engagé en faveur de la démocratie, ennemi des dictatures et du capitalisme libéral, qu'il s'est fait connaître. Pour lui, les Etats-Unis soumis aux intérêts financiers et militaro-industriel, sont devenus un véritable chancre qui ronge l'humanité toute entière. Dans son dernier livre, Who rules the World? mai 2016,il pronostique que ce  chancre est en train de conduire l'humanité à sa perte, et la planète telle que nous la connaissons

On peut penser que sur certains points cette thèse est excessive. Notamment elle ne mentionne pas suffisamment les réactions spontanées de défense qui s'organisent actuellement dans le monde pour combattre l'effet destructeur de  l'Empire américain . Mais pour Chomsky cette objection est trop optimiste. Elle ne prend pas en compte la surpuissance qu'a conservé celui-ci, même si cette puissance a quelque peu cédé du terrain ces dernières années. Elle reste suffisamment mortifère pour détruire nos civilisations.

Les Etats-Unis, rappelle-t-il, ont 800 bases militaires autour du monde et investissent dans leur armée autant que le reste de la planète entière. Aucun autre pays n'est à ce niveau, avec des soldats combattants sur les quatre coins de la terre. La Chine a une politique principalement défensive, elle n'a pas de programme nucléaire important. Quant à la Russie, manifestement, elle n'a aucune envie de déclencher une guerre nucléaire dans laquelle elle serait la prmière à disparaître.

Les Etats-Unis, affirme Noam Chomsky, ont toujours été une société colonisatric., Elle a commencé à éliminer ses populations indigènes avant même de se constituer en tant qu'Etat ce qui a provoqué la destruction de beaucoup de peuples autochtones. Il fait ensuite la liste des sociétés centre américaines et sud américianes anéanties par la conquète américiane. Il y ajoute évidemment tous les peupes du proche et du moyen-orient qui vivaient relativement en paix et en coexistence avant d'attirer les convoitises américaines, notamment pour leur pétrole et leur position géostratégique. En Asie-Pacifique, il pronostique que le même sort menace les Etats de la région, dès lors qu'ils s'opposent aux emprises américaines. L'assassinant de millions de personnes en ont résulté. Pour lui la Chine, malgré ses grandes capacités de résistance, sera détruite à son tour.

Aujourd'hui, avec un potentiel militaire sans égal, les Etats-Unis apparaissent dotés d'un pouvoir sans précédents dans l'histoire. Ils contrôlent l'hémisphère occidental et les deux principaux océans. Ils s'efforcent d'organiser le reste du monde à l'image de ces colonies.

Chomsky n'accorde aucune confiance aux capacités de résistance que pourrait faire émerger en son sein la vie politique américaine Pour lui, les deux partis sont les deux volets d'un même pouvoir dominateur. Il est loin de penser que Donald Trump et les soutiens qu'il semble recevoir aujourd'hui pourront changer quelque chose à cette dictature. Au contraire, tant chez les Démocrates que chez les Républicains, les élites ont de plus en plus glissé à droite et à l'extrème droite. Les néo-conservateurs en sont les représentants les plus évidents, mais ils ne sont pas les seuls.

La négation du réchauffement climatique

Pour Chomsky, un autre danger majeur menace l'humanité du fait de l'Empire américian. C'est aujourd'hui, en dehors des guerres meurtrières, la volonté de défendre jusqu'au bout, malgré leurs effets dévastateurs, les intérêts pétroliers et économiques qui ont fait sa puissance. Il en résulte que le système politique nie le réchauffement climatique ou se montre très sceptiqs à ce sujet. Donald Trump avait fait récemment parler de lui par ses prises de position en ce domaine. Mais il n'est pas le seul. Pour Chomsky pourtant, le réchauffement global est le plus grand problème que l'espèce humaine ait jamais eu à affronter Il aura des effets comparables ave une guerre nucléaire. ceci non pas sur cent ans, mais sur une ou deux générations.

Pour illustrer son propos concernant le danger mortel que font courir à l'humanité les interventions militaires du Pentagone, il leur impute en grande partie les causes du réchauffement global. Ainsi, en ce qui concerne la guerre du Darfour, par exemple, les intérêts américain convergent avec la désertification qui expulse des populations entières des zones agricoles, ce qui aggrave et intensifie le conflit. Il en est de même au Moyen Orient.

Il rappelle également que lors de la COP 21 il a été impossible d'obtenir un traité juridiquement contraignant, mais seulement des accords volontaires. Ceci parce que Républicains et Démocrates réunis, défendus par Barack Obama, l'ont refusé. Ils ont ainsi contribué à rendre plus certaine une tragédie massive et imminente, une tragédie comme n'en a pas encore connue l'histoire de l'humanité.

Un autre cancer ou le même?

Le lecteur du livre observera sans doute que l'islamisme de combat est devenu un autre cancer menaçant l'avenir de l'humanité, au même titre qu'aujourd'hui le cancer américain. Noam Chomsky ne traite pas explicitement ce sujet, mais il pourrait répondre que c'est l'impérialisme américain qui a encouragé l'apparition au Moyen Orient des milices islamistes, pour mieux assurer son pouvoir. Il continue de le faire d'ailleurs, en laissant le terrorisme islamiste (même dit modéré, selon la terminologie du Pentagone) déverser sur le monde des millions de migrants, comportant parmi eux un pourcentage considérable d'assassins en puissance.

Il en résulte un affaiblissement croissant des pays visés, notamment de l'Europe, qui ne croient avoir qu'un remède, se soumettre plus étroitement encore à l'Amérique, y compris militairement au sein de l'Otan et des bases de missiles dirigés vers la Russie qu'elle y fait construire.



06/08/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire