Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'Europe devrait applaudir le « Buy American »

Il s'agirait de la fin d'une hypocrisie dont les Européens sont les victimes depuis des décennies. Nous avons pour notre part souvent dénoncé le double langage des Etats-Unis qui défendaient partout dans le monde le concept de libre-échange alors qu'ils n'en tenaient aucun compte quand il s'agissait de protéger leurs propres intérêts.

Pour eux, le combat pour la globalisation se confondait avec le combat pour l'américanisation. Ceux qui s'en rendaient compte étaient cependant peu nombreux, et moins encore ceux qui osaient le dire, si forte était la pression psychologique en faveur du libéralisme économique. Les Européens, qui étaient parmi les premières victimes du protectionnisme rampant imposé  par l'Amérique, se refusaient à remettre en cause le dogme. C'est ainsi que la Commission européenne, au nom des impératifs du marché unique, s'était toujours acharnée à décourager les mesures de protection que pouvaient proposer les Etats, même lorsqu'il s'agissait d'éviter la désindustrialisation et les pertes de compétences dans les secteurs stratégiques.

Mais aujourd'hui les yeux des Européens les plus atlantistes sont en train de s'ouvrir. En effet, le plan de relance (stimulus plan) proposé par Barack Obama, dont le « bill »  et en cours de discussion au Congrès,  recommande des mesures d' "achat américain" très précises. La clause « Buy American »  s'appliquera à l'acier. Les entreprises bénéficiant de contrats publics dans les programmes de grands travaux financés sur le plan de relance de 825 milliards de dollars seront obligées de faire appel aux aciéristes américains, sauf s'il en résultait un supplément de coût de 25%, dûment constaté par une autorité fédérale. Les  exportateurs européens risquent d'en être les premières victimes. Après l'acier, tout laisse présager que d'autres produits bénéficieront de protections identiques. S'agira-t-il de ceux concurrencés par les exportations asiatiques ? 

La Commission européenne a prévenu que des mesures de rétorsion seront inévitables. Mais dans quelles branches et sur quels produits et services ? Qui en décidera ? La riposte annoncée parait encore floue, d'autant plus que les entreprises américaines sont toutes enregistrées comme européennes dans les Etats membres. Si la Chine et d'autres pays asiatiques  réagissent à leur tour, cela sera beaucoup plus dangereux pour l'Amérique, vu que ces pays détiennent l'essentiel des titres émis par la Banque fédérale pour financer la dette américaine.

Les Britanniques sont très inquiets de la tendance au protectionnisme qui semble prendre de plus en plus d'ampleur. L'actuel ministre du commerce britannique, Lord  Mandelson, ancien commissaire européen au commerce célèbre pour son intégrisme dérégularisateur, a lancé du Forum de Davos ce qui est présenté comme un « sévère avertissement » à l'égard des Etats-Unis et, sous-entendu, à l'égard de Barack Obama qui se laisse manipuler par les intérêts industriels américains. Pour la Grande Bretagne, il est vrai, le protectionnisme n'aurait pas de sens, car le pays n'a pas grand-chose à protéger, tous ses atouts économiques étant aux mains d'entreprises non britanniques – ce qui avait ces dernières années, fait la fortune de la City.

Nous pensons pour notre part qu'il faudrait au contraire se féliciter de voir les Américains se protéger. Les mesures de rétorsion que pourraient prendre les Européens, si elles étaient bien conduites, donneraient de l'air à leurs économies, en encourageant la réindustrialisation. Certaines hausses de prix pourraient en résulter, mais elles seraient compensées par la reprise de l'emploi dans les secteurs dévastés par un laissez-faire débridé.

Mais bien évidemment de telles mesures ne prendraient leur sens que si l'Europe décidait, au moins au niveau de l'Eurogroup, un programme d'investissement  massif dans tous les secteurs de pointe. Nous en avons souvent traité ici, inutile d'y revenir. Malheureusement, l'Europe, sous la scandaleuse présidence tchèque (ainsi le président Vaclav Klaus ne vient-il pas d'affirmer que la crise climatique n'existe pas) est bien incapable de prendre la moindre mesure coordonnée à ce sujet. Le bruit court que Nicolas Sarkozy s'en impatiente et voudrait convoquer l'Eurogroup. Qu'il le fasse, s'il pouvait  dépasser le stade des incantations et faire aboutir des mesures concrètes.  
01/02/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 2
Deux constats simples
05/02/2009 23:31:11 | Par : tonio
Comment pourriez vous vous réjouir d'une politique protectionniste des USA ? Une guerre économique ne peut rien amener de bon, il faudrait que vous développiez ce point parce que dans un monde réel, les propos que vous tenez tendent à montrer votre méconnaissance des bases de l'économie.

Mon deuxième propos concerne votre dernier pic au président Vaclav klaus, que vous sous entendez être complètement incompétent et stupide simplement car il n'est pas d'accord sur l'alarmisme climatique ambiant. Comme pour ma remarque précédente, pourriez vous développer, et même me prouver (vous ne pourrez pas), scientifiquement parlant, en quoi nous vivons une crise climatique ? Le climat change comme il a toujours changé, les températures fluctuent, elles ont augmenté pendant des années jusqu'en 1998 mais sont stables depuis. Personne n'est aujourd'hui capable de dire la tendance pour les années à venir sauf certains hurluberlus style Al Gore dont le film est pure propagande et a été condamné par la justice anglaise tant il contenait de contre vérités scientifiques. Vous jouez, et c'est facile, le jeu des medias qui se réjouissent toujours de l'alarmisme, c'est très vendeur, mais s'il vous plaît essayer d'argumenter vos propos afin de m'éclairer.

Lisez nos articles
08/02/2009 11:44:08 | Par : jp.baquiast
Cher Tonio, si vous voulez des arguments, lisez plus a fond les articles publiés sur ce site et sur celui de Automatesintelligents.com
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire