Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Répercussion du Brexit sur les Etats-Unis

Les Américains, tous médias confondus, ont suivi attentivement les évènements ayant abouti en Grande Bretagne au succès du Brexit. Aujourd'hui, ils sont très nombreux à s'intéresser aux suites que seront données à cet événement, tant au niveau du Royaume Uni qu'à celui plus général de l'Union européenne.
Les réactions officielles s'étaient traduites il y a quelques semaines par le discours indécent de Obama à Londres, intimant quasiment aux électeurs britanniques de choisir l'Union, injonction reprise peu après par Hillary Clinton. Le discours de l'establishment américain ne changera pas. Le Brexit est un événement purement britannique, finalement mineur, qui ne devrait en rien affecter la Grande Réublique. Celle-ci a depuis des années vécu sur le concept d'un Etat fédéral puissant, disposant de tous les pouvoirs régaliens, auquel les Etats fédérés devaient dans l'ensemble se soumettre. Par ailleurs, c'était le Département de la Défense et Wall Street qui définissait ce qui était bon pour les Américains.

Ceci avait conduit au refus d'accorder la moindre importance à des demandes depuis des décennies très fortes, visant à donner plus d'autonomie aux assemblées parlementaires et aux administrations des Etats fédérés. Chacun devait se soumettre à la règle définie par Washington. Les revendications divergentes étaient qualifiées, non seulement de populistes mais d'anti-américaines. Or celles-ci n'avaient rien de tel. Il s'agissait par exemple de mieux faire entendre les intérêts locaux étouffés par la structure des deux grands partis Républicain et Démocrate, eux-mêmes contrôles au plan fédéral par les représentants de l'establishment. Il s'agissait de mieux défendre les intérêts des « petits blancs» confrontés aux exigences de rentabilité de grandes entreprises - elles mêmes d'ailleurs souvent implantées à l'étranger et ne payant pas d'impôts. Il s'agissait d'obtenir une réduction des mouvements migratoires dont souffrent ces mêmes "petits blancs".  A fortiori toutes les tentation de faire sécession, qui sont restées très présentes dans un certain nombre d'Etats depuis la guerre de Sécession, à un point peu imaginé en Europe, étaient rejetées avec horreur au niveau fédéral et dans les médias washingtoniens.

Attrait du « populisme »

Il s'ensuit qus le succès lors du référendum britannique des revendications n'hésitant pas à se qualifier de populistes, a eu beaucoup d'échos dans les couches correspondantes américaines. Plus sérieusement, le fait que le Royaume Uni puisse envisager de survivre sans être intégré à l'Union européenne, donne de la crédibilité aux désirs de sécession. Ce désir sera plus marqué à l'avenir si un certain nombre d'Etats européens décident eux aussi de sortir de l'Union. Or ils sont pour la plupart plus petits et moins puissants que les grands Etats fédérés américains.

Donald Trump, avec son opportunisme et sa rapidité de décision habituelles, l'a bien compris. En visite en Ecosse où il était allé inaugurer un golf (sic), il a tout de suite promis à ses électeurs, comme à ceux d'Hillary Clinton de plus en plus nombreux à être en rupture avec elle, qu'une fois à la Maison Blanche, il s'inspirerait de l'évolution des Etats européens pour définir une politique fédérale beaucoup plus souple que l'actuelle, acceptant éventuellement que certains Etats fédérés fassent sécession, quitte à nouer aussitôt après des relations de coopération avec la Fédération.

Il  »n résulte que, sauf accidents et attentat contre lui, il imposera aux Etats-Unis des politiques plus conciliantes que celles en oeuvre actuellement, tant à l'égard des pays européens qu'à l'égard de la Russie et du Brics. Il serait bon en France de s'y préparer pour en tirer profit.

25/06/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire