Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Les guerres du black-out

Les black-out peuvent plonger dans le noir, plus ou moins durablement, éventuellement très longtemps, des continents entiers.


Par le terme de black-out, ou panne électrique et électronique générale, on désigne des évènements se produisant rarement dans nos sociétés développées, sauf de façon courte et vite réparée. Mais dès que les black-out atteignent une durée et une ampleur suffisantes, ils peuvent représenter une menace majeure, d'abord dans les pays peu équipés, mais surtout dans nos sociétés. Le livre référencé ici en fait un recensement complet.

Les black-out peuvent plonger dans le noir, plus ou moins durablement, éventuellement très longtemps, des continents entiers. Dans ce cas, la totalité des populations sont mises en danger. L'effondrement des réseaux électriques, par lequel se manifestent le plus souvent ces phénomènes, menace la vie ou la survie de millions de personnes, étant privées de tous les services et facilités dont elles ne peuvent plus aujourd'hui se passer. Il est inutile de décrire le paysage de désolation en résultant, car il est facilement imaginable. Il en est de même des réseaux de télécommunication et cyber-communication, très liés à l'approvisionnement en électricité.

On pense généralement que ces black-out peuvent être provoqués par des attaques terroristes, et de plus en plus par des cyber-attaques. Il n'est pas impossible de s'en protéger. Encore faut-il le faire, ce à quoi les sociétés renoncent généralement face aux dépenses à consentir. Mais il faut envisager des évènements plus rares, toujours possibles et infiniment plus dévastateurs: super-tempêtes géomagnétique, impulsions électromagnétiques (EMP) provenant de l'espace ou provoqués par l'explosion d'une bombe atomique à haute altitude.

Terrorisme

Le livre Blackout wars recense les différentes formes d'attaques pouvant provenir d'états ou de groupes terroristes. La technologie pour les produire est à la disposition de tous et il est très difficile de s'en prémunir. On objectera que, comme dans le cas de la guerre bactériologique, l'agresseur peut difficilement se prémunir des risques en retour le menaçant lui-même. Mais l'argument sera de moins valable, compte tenu de la prolifération des combattants suicides encouragés notamment par un islam de combat.

Il s'agit d'une raison de plus pour mieux étudier les menaces et mettre en place, au cas par cas, et de manière préventive, en optimisant le rapport entre le risque et le coût, les défenses nécessaires. Ceci doit impliquer, non seulement les pays riches mais les pays pauvres. Dans ce cas, une entraide internationale s'impose.
12/04/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire