Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Inscrire les Etats-Unis en tête de la liste des paradis fiscaux

Quelques heures après que le ministre des Finances Michel Sapin ait assuré que la France allait réinscrire le Panama sur sa liste des Etats et territoires non coopératifs (ETNC) en matière fiscale, le gouvernement panaméen a fait savoir qu'il envisageait des représailles économiques à l'égard de Paris. Des investissements français au Panama seraient mis en difficultés.
On peut espérer que la France ne cédera pas au chantage. On aimerait savoir en effet le nombre des sites analogues au cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca qu'héberge l'accueillant Panama..et les millions de fraudeurs ainsi accueillis.

Ceci dit, le Panama devrait rappeler, fut-ce au dépens de ses bonnes relations avec les Etats-Unis, que les plus nombreux et les plus importants des paradis fiscaux au monde se trouvent depuis quelques années aux Etats-Unis. Un nombre considérable d'Etats fédérés ont en effet décidé d'offrir une fiscalité très accueillante et divers services associés à des effectifs apparemment nombreux de riches contribuables désireux d'échapper aux réglementations de leur pays d'origine visant à détecter les fraudes et contrôler les évasions fiscales de leurs propres citoyens.

Ces paradis fiscaux américains hébergent évidemment des fraudeurs américains, considérés avec la plus grande des complaisance par Wall Street et Washington. Ceux-ci n'ont pas de raison de s'abriter au Panama. Ils ont tout ce qu'il faut à la maison.

Ainsi il se révèle que l'Amérique, tout en proclamant très haut être le chevalier blanc mondial de la lutte contre les fraudes, se fait ainsi complice de toutes celles qui peuvent à la fois affaiblir les Etats avec lesquels l'Amérique est en compétition, et enrichir ses propres banques et entreprises.

Soros et l'ICJI

Beaucoup ont découvert, nous les premiers (voir notre éditorial du 04/04 http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2112&r_id= ) que l'ICIJ (International Consortium of Investigative Journalists) , le consortium ayant mené l'enquête ayant débouché sur l'affaire des Panama Papers, bénéficie du soutien actif des Open Society Foundations. Or il s'agit d'un réseau de fondations créé en 1997 par le milliardaire américain George Soros. Les objectifs de ce réseau sont de promouvoir «  la gouvernance démocratique, les droits de l'homme et des réformes économiques, sociales et légales ».

Quant on connait les liens de George Soros avec la CIA, sans mentionner avec tout ce qu'il y a de corrompu sur la planète, on peut s'interroger sur les prétendues intentions de lutte pour la transparence de l'opération ICJI, ayant permis notamment la mise en cause personnelle de Vladimir Poutine, qu'apparemment rien ne justifie.

Ceci ne veut pas dire que tous les journalistes de bonne foi ayant, fort utilement, participé au décryptage des Panama Papers, soient des complices de Soros et de la CIA, ceci veut dire seulement qu'une opération de cette ampleur ne s'est pas réalisée spontanément. Il fallait pour ce faire l'intervention d'un appareil d'Etat très puissant, celui qui constitue ce que l'on nomme aujourd'hui l'Etat profond américain.

* Pour en savoir plus sur les paradis fiscaux américains, on pourra lire un article édifiant de Zerohedge.

http://www.zerohedge.com/news/2016-04-05/cat-out-bag-interview-mossack-fonseca-founders-admit-its-over-rothschilds-delight

06/04/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire