Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Le Brics en cours de désintégration ?

Nous avons ici relaté depuis deux ans la constitution d'une union informelle entre grands Etats contestant la domination mondiale des Etats-Unis, le Brics. Il s'agit comme nul n'en ignore du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du sud. Choisi pour sa commodité de prononciation, le terme de Brics ne correspondait pas à l'influence respective dans la coalition des différents Etats composant. Il vaudrait mieux parler de RCB, Russie, Chine, Brésil, l'Inde et plus encore l'Afrique du sud n'ayant montré jusqu'à présent qu'un enthousiasme modéré.
Or ces derniers mois, même entre ces trois moteurs, des divergences d'intérêts apparaissent. Il s'agit d'abord du Brésil dont la présidente Dilma Rousseff, jusqu'ici cheville ouvrière du Brics, s'efforce actuellement de conserver son poste face à des offensives conjuguées de tout ce que le Brésil compte de forces conservatrices, corrompues et par ailleurs soumises aux Etats-Unis. Elle n'a donc guère de temps pour penser à l'avenir du Brics et au rôle que son pays pourrait y jouer à l'avenir.

La Russie pour sa part s'est efforcée de se positionner comme acteur majeur au moyen-orient, ce qu'elle a parfaitement réussi à faire, grâce à ses moyens militaires et diplomatiques. Mais le renforcement de ces moyens, notamment militaires, conjugué à la poursuite des « sanctions » que continue de lui imposer un « Occident » totalement dans la main de Washington, l'oblige pour le moment à se donner des priorités. Si elle doit participer à de grands projets d'infrastructure comme ceux que s'efforce de mettre en place la Chine (notamment dans le cadre de la Nouvelle Route de la Soie) elle réservera dans un premier temps ses moyens au développement de ses propres infrastructures internes, notamment dans les régions nordiques et sub-arctiques.

La Chine enfin, qui n'a pas manqué récemment de difficultés économiques et sociales, semble de plus tentée de jouer un jeu libéral classique, la conduisant à se comporter comme un acteur analogue aux Etats-Unis, dans les institutions néolibérales dominées par eux, FMI et Banque mondiale notamment. Par ailleurs, ses grands projets développés au sein du Brics, la Banque interasiatique d'investissement (AIIB) par exemple, souffrent d'un manque de financement. De plus, la Deuxième route de la Soie risque de ne pas aller très loin, confrontée à l'insécurité rêgnant dans les pays traversés. Enfin, il semble que la Chine, sans le dire explicitement, commence à être effrayé par le renouveau militaire de la Russie.

La Chine est cependant l'objet d'offensives de plus en plus précises des Etats-Unis en Mer de Chine et dans le Pacifique. Tout semble fait pour la pousser à de fortes ripostes qui provoquerait sans doute une réaction nucléaire au moins tactique de l'Amérique. Mais probablement ne pourrait-elle pas compter sur une réaction de même nature de la Russie, soucieuse de ne pas s'engager dans ce qui pourrait devenir une 3e guerre mondiale.

Il est difficile de prévoir aujourd'hui ce qu'il adviendra du Brics. Actuellement, Chine et Russie s'engagent ensemble dans des négociations pouvant prendre des aspects militaires avec divers pays asiatiques réunis au sein de l'Organisation de Coopération de Shanghai. Sans doute y trouveront-elles des perspectives plus intéressante que celles offertes par le Brics en son état actuel. Un autre facteur sera à considérer, le résultat des élections présidentielles américaines. Si Hillary Clinton, surnommée The Queen of Chaos, l'emportait, une réactivation du Brics s'imposerait conjointement à la Russie et à la Chine, face à des menaces renouvelées.

Quant à l'Europe, qui aurait pu jouer un rôle positif au sein d'un mouvement dit euroBrics, que nous avons soutenu ici, il est certain que, de plus en plus soumise à l'influence américaine pour laquelle le Brics est une bête noire, elle ne fera rien pour encourager le Brics.
23/03/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire