Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Attentats de Bruxelles. Avertissement avec frais pour tous les pays européens

L'avertissement concerne tous ceux, qui en Europe, et plus particulièrement dans l'Union européenne, refusent d'admettre qu'ils sont en guerre. Guerre avec le terrorisme islamique mais aussi avec tous ceux, qui des Etats-Unis, à la Turquie, ont tout fait pour le susciter. Guerre aussi avec ceux qui, au sein des gouvernements européens, ont tout fait pour faciliter sa propagation, en pensant qu'ils ne seront pas concernés.
Nous pensons évidemment à l'Allemagne d'Angela Merkel, avec son grand programme d'un million annuel de migrants dont il s'avère de plus en plus qu'ils sont infiltrés de djihadistes. Mais aussi à tous les Etats de l'Europe du Nord, qui se croient à l'abri et laissent la malheureuse Grèce, bientôt rejointe par l'Italie et l'Espagne, faire face seule à des invasions incontrôlables. Nous pensons à tous ceux qui dans tous ces Etats, au nom de droits de l'homme mal compris, refusent d'envisager qu'il faille utiliser la force armée pour fermer les frontières de l'Europe. La fermeture ne sera jamais parfaite, mais un peu de fermeture vaudra mieux que rien du tout.

En temps de guerre, il faut aussi se chercher des alliés. Or, soumis aux injonctions de Washington, les technocrates de Bruxelles continuent à vouloir « sanctionner » la Russie, ce qui empêche de mener avec elle, qui conduit la même guerre pour son compte, des actions aussi élémentaires que l'échange de renseignement et au delà, la lutte conjointe contre Daech au Moyen-Orient et en Méditerranée.

En temps de guerre égalementi, il faut refuser toutes les contraintes découlant d'une fausse image de la liberté, consistant à laisser ouvertes les frontières extérieures et même les frontières intérieures. Marine Le Pen a raison de dire qu'il faut désormais contrôler la frontière franco-belge. Mais ceci est tout autant nécessaire concernant l'ensemble des frontières intérieures. Les échanges entre personnes et marchandises en seront ralentis. Mais alors?

Concernant les personnes, au siècle de l'Internet, les contacts utiles peuvent se faire aujourd'hui aussi bien virtuellement que physiquement. Quant aux marchandises, lorsque l'on voit qu'en Europe les transports se font du nord au sud et de l'est à l'ouest essentiellement pour des raisons spéculatives intéressant la grande distribution et les transporteurs, un peu de difficultés ne ferait que remettre les transformateurs et distributeurs à la raison.

En temps de guerre enfin, et nous terminerons par là, il faut recruter et former des forces de sécurité et de défense adéquates aux menaces, avec les moyens technologiques et juridiques nécessaires. Un contrôle sérieux aux frontières, s'ajoutant aux exigences du maintien de l'ordre, imposera des dizaines de milliers de fonctionnaires et militaires complémentaires. Ceci sera très bien. D'ores et déjà il faut consacrer à leur mise en place les moyens gaspillés dans la lutte verbale contre le chômage.

Rappelons que les irresponsables de Bruxelles ont dernièrement accepté de déployer, pour trier entre migrants et réfugiés en Grèce, des milliers de personnels qu'ils ne pourront trouver qu'au détriment de la lutte contre le terrorisme. Il serait temps de revenir à la raison et renvoyer d'où ils viennent, y compris avec femmes et enfants, des migrants qui ne sont que les agents , inconscients ou conscients, d'une guerre contre l'Europe.

NB. Faute de temps, les rédacteurs de cet éditorial n'ont pu vérifier qu'il reflétait nécessairement le point de vue de l'ensemble de notre rédaction. Mais à la guerre comme à la guerre.

Note au 22/03, 23h.
Précisions ici, en réponse à,l'observation de l'un d'entre nous, que fermer les frontières intra-européennes ne voudrait pas dire les transformer en murs étanches. Il faudrait seulement, pendant quelques mois (ou années) les rendre semblables à celles existant par exemple entre l'Europe et les Etats-Unis.



22/03/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire