Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Moscou: ne pas nier le risque d'attentats islamistes sur son territoire

Le crash d'un Boeing 737 de la compagnie low-cost flydubai à l'approche de l'aéroport de Rostov sur le Don dans la nuit du 18 au 24/03 a provoqué la mort d'une soixantaine de passagers majoritairement russes. Une enquête comme il se doit est ouverte.
Pour notre part, nous attendrons avec circonspections ses résultats. On imputera le mauvais temps ou une faute de pilotage. Tout est certes possible, mais le très mauvais temps est régulier en Russie, le Boeing était un avion en bon état et les pilotes même lowcost peu enclins aux comportements suicidaires.

Tout laisse à penser que les autorités russes se refuseront, jusqu'à preuve indiscutable, à accepter l'hypothèse d'un attentat terroriste organisé à partir de Dubaï. Ceci pour ne pas jeter de doute sur l'intérêt pour la Russie de bonnes relations avec les pétro-monarchies du Golfe, comme avec l'Arabie saoudite. La Russie n'est pas la seule à vouloir se concilier à tout prix les bonnes grâces de ces Etats particulièrement loin de nos valeurs civilisationnelles. Tout l'Europe le fait, sans compter à grande échelle les USA. Ainsi le veulent les intérêts pétroliers et exportateurs. Ne mentionnons pas la France, qui vient d'attribuer une Légion d'honneur qui aurait pu trouver un récipiendaire plus digne.

Or reconnaître que ces Etats du Golfe puissent être des foyers de terrorisme, ciblant maintenant non seulement l' « Occident » mais la Russie, et accueillis avec la plus grande tolérance par ces mêmes Etats, jetterait un froid dans les « bonnes relations » souhaitées avec ces Etats. Il faudrait apprendre à se passer plus vite que prévu du pétrole et du gaz du Golfe, afin d'avoir recours plus vite que prévu à des sources alternatives, y compris non fossiles.

La Russie avait été en face d'un dilemme identique, lors d'un attentat survenus il y a quelques mois, provenant très vraisemblablement de terrorismes égyptiens et ayant tué de nombreux touristes russes. Moscou avait longtemps nié, contre toute vraisemblance, qu'il puisse s'agir d'un acte terroriste. L'Egypte, élément essentiel des équilibres au Moyen-Orient, aurait pu s'en offusquer. En fait l'expérience a montré que les bonnes relations entre l'Egypte et la Russie n'en ont pas souffert.

Aujourd'hui la lutte contre le terrorisme islamique devrait rassembler tous ceux qui en sont les victimes. Or ce n'est pas encore vraiment le cas, pour des raisons faciles à comprendre.

19/03/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire