Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Donald Trump pourra-t-il aller jusqu'au bout de sa campagne?

C'est la question que l'on peut se poser, sans être nécessairement un fervent de Donald Trump. Ces dernières jours, beaucoup d'observateurs de la vie politique américaine se demandaient si les propos très critiques du candidat à l'égard du parti républicain et des milliardaires qui financent traditionnellement les campagnes électorales des hommes politiques de ce parti n'aillaient pas finir par irriter les dits milliardaires.
Jusqu'où alors irait leur irritation? Connaissant les moeurs américaines, on peut envisager un assassinat dont l'histoire politique de ce pays est riche. Les amis de Trump lui conseillent dorénavant de se protéger physiquement bien plus qu'il ne le fait actuellement. 

Quoiqu'il en soit les milliardaires commencent à se regrouper afin d'étudier en commun les meilleures façons d'éliminer Trump. Une réunion dont il a été peu parlé a rassemblé à Sea Island en Georgie, les 5 et 6 mars, un certain nombre de PDG de grandes entreprises américaines. Ils se sont posé la question de savoir comment faire face à l'espèce de raz de marée que continue à provoquer Trump dans l'opinion, tant d'ailleurs chez les démocrates que chez les républicains (Voir Huffington Post http://www.huffingtonpost.com/entry/aei-world-forum-donald-trump_us_56ddbd38e4b0ffe6f8ea125d

Première phase

En dehors de l'assassinat (qu'ils ont peut-être évoqué...mais nous n'y étions pas) ont été mentionnées selon la rare presse présente différentes méthodes pour compromettre Trump et susciter contre lui un réveil de l'opinion, surtout parmi les jeunes électeurs. Pour cela les puissants moyens de mobiliser l'opinion dont disposent ces milliardaires devront intervenir en premier. L'objectif sera de provoquer des incidents dans la campagne, puis de les exploiter.

On doit par conséquent se demander si une première phase de cette campagne ne viendrait pas de se dérouler à Chicago le 11 mars, quatre jours avant les primaires organisées dans cet Etat ainsi qu'en Caroline du Nord, en Floride, dans le Missouri et dans l'Ohio. Des centaines d'opposants à Trump se sont rassemblés dans le bâtiment de l'université qui devait accueillir une de ses réunions politiques et où avaient déjà pris place plusieurs de ses sympathisants.. Donald Trump a du annuler sa réunion. Plus tôt dans la journée, il avait été confronté à des protestations dans le Missouri.

Depuis quelques jours, les réunions du Donald attirent des opposants, notamment des Latinos se disant excédés par ses propos visant les immigrés hispanophones, ou des membres du mouvement Black Lives Matter, qui dénoncent les violences policières à l'égard des manifestants anti-Trump afro-américains. Il est possible que ces opposants se manifestent spontanément pour défendre les droits des citoyens que Donald Trump est supposé agresser. Mais il est aussi possible qu'ils soient mobilisés par des dollars provenant des milieux républicains désireux de mettre un terme aux progrès électoraux de Trump, notamment les milliardaires sont les avions privés avaient encombré le petit aéroport de Sea Island.

12/03/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Soros-Hilllary contre Trump
13/03/2016 18:25:30 | Par : David
Bien sur, ce n'est pas Sanders qui finance des briseurs de meeting contre Trump, c'est Soros et Hillary Clinton. Voir cet article très argumenté
http://www.dedefensa.org/article/hillary-soros-le-ticket-du-diable
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire