Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

MSF. A qui profite le crime?

On parle de crime de guerre. Il s'agit de la destruction par quatre missiles non identifiés de l'hôpital de MSF à Ma'arat Al Numan dans le nord de la Syrie. Les auteurs en sont encore inconnus à la date du 16/02. Tous les médias occidentaux, relayés par certains gouvernements, accusent l'aviation russe ou les forces du régime. Les russes s'en défendent, mais personne ne prend au sérieux ces dénégations.
Sans prétendre pouvoir interpréter à distance les arcanes des manoeuvres militaires et politiques dans cette région, nous pouvons quand même nous demander en quoi les russes ou les syriens de Damas, appuyés par eux, auraient eu avantage à détruire cet hôpital. Cet acte injustifiable d'un point de vue tant politique que stratégique n'avait que des inconvénients pour eux, portant l'opprobre sur la cause qu'ils défendent. Certes dans cette guerre les milliers de victimes civiles ne se comptent plus, mais il est toujours possible de parler de dégâts collatéraux. Faut-il y ajouter des cibles délibérées?

L'hypothèse d'une erreur ou d'un acte volontaire isolé d'un pilote ou commandant local serait évidemment envisageable, mais ce ne serait qu'après avoir renoncé à trouver d'autres causes. ...d'autant plus que d'autres hôpitaux de campagne ont aussi été visés.

Or même au sein de l'Otan, nul ne peut exclure un acte délibéré de Erdogan, soutenu par ses alliés saoudiens et américains, pour justifier l'envoi de troupes sur le terrain, qu'il a d'ailleurs commencé à entreprendre. On pourrait penser aussi à une attaque délibérée provenant des  troupes anti-Assad, abondamment pourvues de roquette par la Turquie.

Certains médias russes évoquent une provocation directe de l'armée américaine. Le coup avait déjà été vu. Sans aller jusque là, on peut s'étonner que le Pentagone, doté d'énormes moyens satellitaires et radar de reconnaissance et d'investigation, n'ait pas apparemment pu identifier un coupable russe ou syrien. S'il l'avait fait, il n'aurait pas manqué de le proclamer urbi et orbi.

Attendons la suite, si suite il y a.

* Communiqué de MSF au 15/02

http://www.msf.ch/news/communiques-de-presse/detail/un-hopital-soutenu-par-msf-dd'une etruit-par-des-bombardements-dans-le-nord-de-la-syrie/

16/02/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire