Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Munich. 52ème Conférence sur la sécurité

La 52ème Conférence sur la sécurité se tiendra du 12 au 14 février à Munich. Cette année, environ 30 chefs d'Etat, plus de 70 ministres des Affaires étrangères et ministres de la Défense y participeront. Le sujet principal de cette réunion sera le règlement de la crise syrienne dans le contexte des négociations interrompues à Genève, ainsi que la crise migratoire, la sécurité en Europe et la cybersécurité.
La veille de la Conférence, les participants du Groupe international de soutien à la Syrie (ISSSG) se sont rencontrés à Munich, sous l'égide de l'ONU,  pour discuter encore une fois de la résolution de la crise syrienne. Mais les États-Unis et leur ministre des Affaires étrangères John Kerry accusent depuis une semaine Moscou d'avoir torpillé les efforts de paix en Syrie en bombardant autour de la ville d'Alep des forces anti-Assad, ceci en appui aux forces gouvernementales syriennes. Cette accusation  ne va pas favoriser la recherche d'un accord global à Munich. Personne ne peut mettre en doute que les bombardements russes ont joué un rôle essentiel depuis quelques mois en refoulant les implantations de Daesh autour d'Alep. Faudrait-il y renoncer? Certainement pas maintenant, Alep n'étant pas encore libéré.

Il est probable que les bombardements russes ont entrainé un certain nombre de victimes civiles, mais comment faire autrement alors que depuis le début du conflit la tactique de Daesh consiste à se mêler aux civils pour s'y abriter. Par ailleurs le nombre des victimes annoncé par les Etats-Unis paraît très surévalué. Il n'est pas exclu enfin que certaines d'entre elles soient imputables à des avions américains. C'est ainsi que la destruction de deux hôpitaux près d'Alep semble bien avoir été décidée par l'aviation de la coalition dirigée par les Etats-Unis. L'aviation américaine avait été il y a quelques moi reconnue responsable d'un fait de même nature en Afghanistan. Elle avait détruit un hôpital civil en imputant l'acte aux talibans.

Moscou propose «un schéma concret»

Cependant, cette fois-ci, les parties espèrent quand même trouver des solutions à la crise. La Russie apporte à Munich «un schéma concret» pour la résolution du conflit en Syrie, selon le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Moscou l'a déjà présenté à Washington. La Russie ne peut appeler à un cessez le feu immédiat, qui répondrait surtout aux vues de l'Arabie saoudite et de ses alliés américains, en permettant à Daesh de reprendre rapidement la main. Mais ce n'est pas une raison pour ne rien faire. Selon Sergueï Lavrov, le schéma «comporte des mesures très simples» qui «ne prendront pas beaucoup de temps pour être examinées par Washington».

Pour notre part, il est évidemment difficile d'en juger. Espérons que la question sera discutée plus clairement et avec une bonne foi égale par l'ensemble des participants à la Conférence sur la Sécurité. Nous y reviendrons.

11/02/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire