Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Syrie. Irresponsabilité des médias français.

Les médias français (presse, télévision, radio) au lieu de se réjouir de constater la progression vers Alep des forces légitimistes, soutenues par l'aviation russe, y voient une nouvelle preuve de la volonté de Poutine de soumettre à la puissance russe non seulement le Moyen Orient mais une partie de l'Europe.

 Leurs propos prennent un tour alarmiste rappelant ceux de la guerre froide. Ils ne peuvent pas ne pas être encouragés dans cette voie par le Quai d'Orsay, qui continue à s'enfermer dans une hostilité à Moscou quasiment compulsive. Nos dirigeants et diplomates auraient-ils préféré voir s'installer à Damas les innombrables groupes faisant allégeance à Daesh, sous le regard compréhensif du premier ministre turc Erdogan.

Il est certain que l'avance des troupes de Bashar al Assad continue à provoquer vers la frontière turque de nouveaux effectifs de réfugiés. Erdogan continue de son côté à en faire un argument de chantage sur l'Europe: cédez à mes demandes ou j'ouvre les vannes. Si cela vous déplait, a-t-il ajouté à l'intention des Européens, il vous restera la possibilité de les accueillir avec des mitrailleuses.

Une nouvelle tentative de Angela Merkel pour trouver une solution à la crise dont son imprudence avait été la première responsable, s'est lundi 08/02 soldée par un nouvel second échec. Au mépris de toute dignité, et avec le rejet d'une partie de l'opinion européenne, voire allemande, elle s'était rendue auprès de Recep Tayyip Erdogan pour lui demander de s'arranger lui-même avec les nouveaux réfugiés, en échange d'aides de plus en plus généreuses de l'Union européenne.

Mais ni Erdogan, ni Ahmet Davutoglu n'ont proposé quoi que ce soit de nouveau et de constructif. Au sein de l'Otan, les membres européens de l'Organisation, malgré les pressions de Washington, ont de leur côté accueilli avec beaucoup de réserves la suggestion d'utiliser les moyens navals de l'Otan pour patrouiller en Méditerrané et y décourager les passeurs.

Le bon sens suggèrerait aux Européens de prendre acte – avec satisfaction – de la défaite en cours des ennemis de Bashar Assad et de leurs alliés en Arabie Saoudite. En conclusion de quoi, ils pourraient examiner avec le groupe des 4 (Damas, Iran, Irak, Russie) la meilleure façon, à travers une stabilisation du conflit, d'assurer le retour des réfugiés vers leur terre d'origine. Si Merkel se sentait investie de la mission de dépenser nos euros en ce sens, elle pourrait affecter les milliards européens à la facilitation de ce retour. Erdogan en aurait-peut-être une apoplexie, mais se sont là les risques de la politique.

09/02/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire