Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Le missile chinois Dong Feng 26 (DF-26)

Tous les experts en matière d'armement, parmi lesquels avec notre (légère) outrecuidance nous nous plaçons, ont remarqué que la Chine, assiégée par des dizaines de porte-avions américains et sous-marins modernes, ne peut faire face sur ce terrain
Vu notamment le coût d'un porte-avion, Pékin  ne mettra en service cette année qu'une seule unité de ce type. Serait-ce à dire qu'il renoncerait à toute défense de ses côtes face aux armadas américaines? Bien évidemment pas.

La Chine a depuis quelques mois choisi d'utiliser une arme bien plus économique et d'utilisation bien plus facile. Il s'agit de missiles à moyenne portée, pouvant être produits et mis en place rapidement par dizaines. L'exemple le plus récent est le missile à combustible solide Dong Feng 26. Il s'agit de la dernière version d'un missile produit par la firme mécanique et automobile Dong Feng, avec laquelle d'ailleurs travaillent différentes entreprises européennes.

Ce missile est capable d'embarquer des ogives nucléaires et conventionnelles, utilisables contre des objectifs terrestres ou maritimes. Il peut être lancé aussi bien depuis des silos terrestres qu'à partir de vecteurs mobiles. Sa portée maximale est de 3.500 km. Le DF-26 est annoncé comme doté d'une vitesse particulièrement élevée de déploiement et de lancement. Il est présenté comme capable d'atteindre des navires de surface et même des sous-marins en plongée périscopique grâce à un système de visée unique dont le fonctionnement reste confidentiel. Un seul de ces missiles pourrait dans de bonnes conditions détruire un navire d'un tonnage de 75.000 t.

La marine américaine serait très inquiète de l'apparition de cette nouvelle arme, contre laquelle pour le moment elle ne peut pas faire grand chose 1). Aussi bien s'efforce-t-elle dans l'immédiat  de propager cette inquiétude à tous ses alliés dans le Pacifique. Mais ceux-ci ont certainement compris que la Chine n'utiliserait jamais cette arme ou d'autres analogues en première frappe. Elle ne s'en servirait que pour provoquer des dommages de grande ampleur chez tous ceux ayant décidé de l'attaquer en premier avec des moyens importants.

Le Dong Feng 26 jouera ainsi à moindre frais un rôle de dissuasion analogue à celui que le général de Gaulle avait en son temps confié à la bombe atomique française.

1) Nos « experts » se sont étonnés à ce propos que la NSA américaine, qui sait tout, ne découvre de telles armes qu'une fois leur présentation publique. Il en fut de même des missiles dits révolutionnaires utilisés par la marine russe à partir de la Caspienne. Ce silence prolongé pendant des mois répond-il à une exigence politique du lobby militaro-industriel américain. Allez savoir.

23/01/2016
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire