Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Lettre ouverte au Président de la République Tchèque, Monsieur Vaclav KLAUS

Les Européens pour survivre au XXIe siècle doivent disposer de la maîtrise des outils de leur développement économique et technologique. Ils doivent aussi se montrer capables de construire une Europe - puissance, indépendante, souveraine et solidaire. Alain Terrenoire, Président de l'Union Paneuropéenne Internationale

Monsieur le Président de la République Tchèque et de l'Union européenne,

Lorsqu'en 1923 votre compatriote Richard de Coudenhove-Kalergi a fondé l'Union Paneuropéenne, il aurait été le plus heureux des hommes s'il avait su qu'un jour le Président  de la République Tchèque présiderait l'Union européenne. A l'évidence, son projet paneuropéen était un rêve prémonitoire puisque notre union de toute l'Europe était l'unique voie envisageable pour renoncer à nos divisions séculaires, qui furent portées à leur paroxysme par la deuxième guerre mondiale et le Rideau de Fer, conséquences successives des lâches Accords de Munich et de ceux de Yalta.

Ayant désormais surmonté, à l'issue des conflits Balkaniques, les derniers soubresauts de nos rivalités ancestrales, nous avons commencé ce siècle dans la réunion de cinq cent millions d'Européens et la paix enfin recouvrée. Et ce n'est pas le moindre de nos succès.

Progressivement élaborée depuis près de soixante ans, notre union a hésité longtemps entre deux voies :
-    la première consistait à fusionner par étapes successives l'ensemble des compétences souveraines de nos Etats respectifs sous l'impulsion directive d'une autorité supra-nationale ;
-    la seconde, préconisée par De Gaulle et par l'Union Paneuropéenne, privilégiait une union, accordant à la grande Europe ce que sa dimension lui permettait de faire plus et mieux que les Etats membres, tout en leur maintenant les compétences spécifiques qu'ils choisissaient de garder.

C'est en définitive cette dernière voie que les Européens ont adopté, à travers les divers traités qui, démocratiquement, les lient.

Néanmoins, la construction européenne n'en est qu'à ses débuts si l'on considère que notre Union doit être en mesure de faire face aux défis du XXIe siècle.

Le premier défi est celui de notre épanouissement individuel et collectif, qui implique à la fois une satisfaction spirituelle, culturelle et sociale. En la matière, le rôle de l'Europe en est réduit à l'encadrement favorable qu'elle peut lui accorder. Le deuxième défi implique que nous disposions de la maîtrise des outils de notre développement économique et technologique. Dans ce domaine la part que l'Europe doit jouer est considérable. Le troisième défi  que nous devrons impérativement remporter pour exister dans la confrontation d'un monde ouvert mais demeuré dangereux, sera notre capacité à construire une Europe – puissance, indépendante, souveraine et solidaire.

C'est désormais vous, Monsieur le Président de l'Union, qui en avez la charge, en relais de la présidence française.

La rumeur vous prétend peu ouvert au projet européen.

Je ne sais ce qu'il en est exactement. Mais ce que je comprends c'est que votre parcours politique et professionnel n'a pu que vous convaincre de la force des ensembles, tant qu'ils respectent les diversités qui les composent. La force, nous les Européens, nous en avons le plus grand besoin pour répondre aux enjeux du monde multipolaire. Quant à nos valeurs et particularités nationales, elles ne peuvent être prises en compte que si elles sont défendues par « l'ensemble européen ».

Y renoncer serait une démission suicidaire.

Enfin, les événements internationaux de ces six derniers mois, politiques, économiques et financiers, démontrent clairement que l'ambition européenne est notre seule chance de survie et notre seule possibilité de les influencer.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de la République Tchèque et de l'Union européenne, l'expression de ma très haute considération.

07/01/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire