Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'Inde, le membre du Brics qui sera de plus en plus en difficulté à l'avenir.

Le Brics compte cinq membres principaux: le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. Parmi eux, le Brésil et l'Afrique du Sud connaissent actuellement d'importantes difficultés politiques et économiques. Quant à l'Inde, des analyses récentes 1) semblent montrer qu'elle aura à l'avenir beaucoup de difficultés pour atteindre le niveau d'industrialisation et d'emploi de la Russie et de la Chine - ceci malgré les problèmes actuels que connaissent ces deux pays.


Les raisons en sont nombreuses: une croissance démographique incontrôlée d'abord, qui en fera dans quelques années le pays le plus peuplé du monde, avec 1,7 milliards d'habitants. Cette croissance est encouragée par les cadres religieux et le système des castes. Les populations s'entassent désormais dans des mégapoles qui, malgré quelques quartiers développés, sont faites de quasi-bidonvilles où l'on ne voit pas comment introduire un jour l'emploi et les services publics minimum. Il faut aussi  mentionner le statut des femmes, très inégalitaire, et qui ne s'améliore pas réellement.

Une deuxième raison de la difficulté à se développer tient au manque relatif de ressources naturelles et un modèle industriel faisant encore un large appel à des commandes de sous-traitance venues des firmes des pays avancés, Amérique du Nord et Europe principalement. Or sur ce point, l'Inde est de plus en plus concurrencée par des pays asiatiques à salaires encore plus bas, Bangladesh et Viet-Nam notamment. Quant à la Chine, si sa main-d'œuvre est désormais payée trois fois plus cher que la main-d'œuvre indienne, l'importance maintenue de ses exportations lui permet des économies d'échelle et la vente de produits à bas prix concurrençant gravement les produits indiens.

La plus grande démocratie du monde

Mais la principale faiblesse de l'Inde, face notamment à la Russie et à la Chine, c'est son statut tant vanté de « plus grande démocratie du monde » excluant les interventions d'entreprises d'Etat ou soutenues par l'Etat qui mettent dorénavant en oeuvre, en Russie comme en Chine, d'importants programmes d'infrastructures, d'industrialisation et de recherche/développement. En Inde, il faut bien constater que la prétendue démocratie est en fait, même dans les capitales régionales, un abandon des pouvoirs étatiques aux mains d'innombrables « élites » sociales et religieuses ou d'oligarchies financières qui se comportent en fait comme les défenseurs égoïstes de privilèges historiques.

Ceci se traduit par un taux d'industrialisation très faible (environ 17% du PIB) et l'absence, sauf dans le domaines des logiciels, d'entreprises dites de pointe capables de prendre des risques pour investir dans les technologies émergentes. On le constate tant dans le secteur civil que dans celui de la défense. Ainsi, malgré la volonté politique manifestée par les gouvernements successifs, comme celui de Narendra Modi aujourd'hui, afin de répondre à l'objectif de « produire indien ».l'industrie peine à récupérer les technologies avancées découlant d'acquisitions à l'extérieur, La France en a fait l'expérience avec le contrat Rafale, la Russie fera de même quand elle prendra le relais de la France pour équiper l'aviation indienne en appareils de combat compétitifs.

D'autres faiblesses

Par ailleurs, concernant les infrastructures, on ne voit pas dont pourront provenir les capitaux considérables nécessaires pour équiper l'Inde en réseaux de communications analogues à ceux mis en place actuellement par la Chine dans le cadre de la « Nouvelle route de la soie ». Elle ne les trouvera certainement pas en quantité suffisante près de la nouvelle AIIB chinoise (Banque asiatique d'investissements en infrastructures). Elle les trouvera moins encore auprès de la Banque mondiale sous contrôle américain.

Concernant les logiciels industriels et de gestion dont l'Inde s'était fait la spécialité internationale grâce à l'excellent niveau de ses programmeurs, ils seront inévitablement remplacés par des outils d'Intelligence Artificielle que l'Inde, même dans des villes comme Bangalore 2), parfois présentée comme une Silicon Valley indienne, ne pourra pas réaliser. Elle se heurtera à l'écrasante domination que conserveront les grands américains de ce secteur, abondamment soutenus par des contrats du Pentagone. Certes elle continuera d'héberger de nombreux centres de recherche et de fabrication provenant notamment des Etats-Unis. Mais ceux-ci ne livreront pas à l'Inde les éléments stratégiques de concurrence.

Il en résultera un sous-emploi, pour ne pas parler de chômage, qui est déjà massif, et une croissance ininterrompue des déficits commerciaux, comme l'indique l'article de Emploi 2017 cité: « Entre 2005 et 2012, alors que 55 millions d'Indiens supplémentaires venus grossir ses rangs, seuls 6 millions de nouveaux emplois ont été créés dans la fabrication, et 21 millions dans les services. À Gujarat, la région la plus dynamique de l'Inde pour la fabrication, les usines ont contribué à 23% du PIB en 2011... mais elles n'ont jamais employé plus de 5,4% de la population».

Il est probable que la Russie et la Chine, leaders au sein du Brics, continueront à entretenir de bonnes relations économiques et diplomatiques avec l'Inde, compte tenu du poids géopolitique irremplaçable de celle-ci. Elles feront par ailleurs tout ce qui sera à leur portée pour éviter que l'Inde ne retombe sous la domination industrielle et militaire américaine. Des coopérations fructueuses pourront se mettre en place dans des secteurs d'avenir comme le spatial, où l'Inde entretient de grandes ambitions. Mais il s'agira d'une alliance de plus en plus coûteuse, venant en concurrence de leurs propres besoins de développement.

Références

1) Voir Emploi 2017 L'Inde condamnée à se désindustrialiser ? http://www.contrepoints.org/2015/12/07/231852-linde-condamnee-a-se-desindustrialiser

2) Sur Bangalore, voir Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Bangalore#P.C3.B4le_.C3.A9conomique_et_scientifique_mondial





14/12/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire