Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Que les candidats aux futures élections prennent au sérieux le corps électoral

Celui qui l'emportera dans les prochaines élections nationales françaises, pour la désignation de l'Assemblée comme pour celle d'un(e) président(e) de la République, sera selon nous celui(celle) qui saura élever le débat et les enjeux à la hauteur des questions essentielles à la survie de la France dans le monde.
Quelque soit la légitimité des problèmes internes qui préoccupent l'électorat: croissance, emploi, lutte contre les inégalités, protection de l'environnement, une démocratie telle que la France, si elle voulait se maintenir à la hauteur de sa réputation en Europe et dans le monde, devrait s'intéresser davantage à ce qui se passe hors de ses frontières. Même si l'électorat ne le fait pas spontanément, distrait qu'il est par les jeux médiatiques, ce devrait être le devoir de futurs dirigeants de le mobiliser sur ces questions.

En fait d'ailleurs, l'opinion est déjà mobilisée mais elle se désespère dans ses profondeurs de voir que les dirigeants actuels, au pouvoir comme dans l'opposition institutionnelle, font tout pour occulter les débats afin de maintenir le pays dans la dépendance à l'égard de ceux qui en fait décident pour le peuple, sans jamais le consulter. D'où le niveau anormalement élevé des abstentions.

Dans la conclusion de notre précédent éditorial consacré aux commentaires du premier tour des élections régionales, nous écrivons ceci à propos des succès de Marine Le Pen:

" Si Marine Le Pen continue à conquérir des soutiens en France, ce ne sera pas par le fait qu'elle défendrait les convictions attardées de son père, mais parce que tous les jugements qu'elle porte sur la géostratégie, profonde méfiance à l'égard de l'UE et de l'euro, refus de l'invasion islamique, nécessité d'une alliance avec la Russie, rejet de l'emprise américaine et d'une prise de contrôle par les multinationales financières, correspondent aux souhaits profonds de la nation. Le pouvoir actuel refusera-t-il encore longtemps de l'admettre? Refusera-t-il d'orienter  en conséquences les décisions à prendre d'ici les prochaines élections ?"

Il est clair cependant qu'il ne suffira pas à Marine le Pen et au Front National de s'en tenir à des déclarations de principe. Il leur faudra entrer pleinement au coeur des questions qui agitent le monde, et proposer des positions claires pour la France. Il en sera de même pour François Hollande s'il veut continuer à bénéficier d'une majorité, comme pour l'opposition de droite si elle veut se distinguer de François Hollande.

Questions de géostratégie mondiale

On ne doit pas compliquer à l'excès les questions dans lesquelles la France, soutenue par un électorat motivé, devra prendre parti. Dans l'immédiat celles-ci sont simples et dépourvues de parti-pris idéologiques. Selon notre point de vue personnel, que le lecteur ne partagerait peut-être pas, il s'agirait des principales questions suivantes: Rejoindrons-nous la Russie dans sa lutte contre l'Etat islamique (Daesh) et proposerons nous d'assurer avec Moscou une coopération stratégique dans l'intérêt de l'ensemble euro-asiatique ? Condamnerons-nous la Turquie et derrière elle Barack Obama qui continuent à aider de multiples façons Daesh? Refuserons-nous la croissance ininterrompue de migrations que le pays ne pourra pas assimiler? Demanderons-nous un renforcement des frontières nationales et dans quels domaines?

Il conviendra également d'engager un débat très ouvert sur la participation de la France à l'Union européenne et à l'euro, ainsi que sur les solutions alternatives, compte tenu des avantages et contraintes respectives.

Que l'on ne répète pas encore une fois que l'essentiel du corps électoral refuserait de s'intéresser à ces questions et de proposer une politique cohérente permettant à la France de peser d'un nouveau poids dans le dialogue européen et international. Nous répondrons à nouveau que beaucoup de citoyens et citoyennes, à tous les niveaux, s'intéressent aux problèmes de cette nature, y envisagent des solutions et s'exaspèrent de l'incapacité des gouvernants à en tenir compte. Les partis et hommes politiques continuant à refuser de le faire le paieront très cher. 

08/12/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire