Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Le Complexe-militaro industriel américain prépare la guerre mondiale.

Le Complexe militaro-industriel américain (CMI) a besoin d'agiter en permanence la pseudo menace d'agressions russes et chinoises pour faire renforcer les moyens militaires américains. Il demande des budgets de défense toujours accrus, faisant l'objet de contrats toujours plus élevés au profit des industriels.

Les experts de l'armement ont constaté depuis quelques mois que la Russie comme la Chine amélioraient considérablement la qualité technique des armes dont elles disposent, notamment dans les domaines de l'artillerie terrestre, de la défense anti-missiles et de la cyberwar. Mais un regard objectif sur la question montre que ceci n'a pas pour objet de leur donner des moyens suffisant pour entreprendre des actions offensives de quelque niveau que ce soit à l'égard de l'armée américaine, dont les dépenses sont estimées plus de 17 fois supérieures aux leurs. Tout au plus, russes et chinois pourraient-ils augmenter leurs capacités défensives face à cette armée. Encore faudra-t-il attendre de nombreux mois avant que les nouvelles armes soient déployées partout et que les personnels susceptibles de les utiliser soient formés.

Ceci concerne le domaine des armements dits conventionnels ou post-conventionnels. Quant au domaine de la guerre nucléaire globale et de ses vecteurs, Russie et Chine disposent de forces de frappe suffisantes pour répondre immédiatement à des attaques américaines. Mais on pourrait difficilement supposer qu'elles les utiliseraient en première frappe contre l'Amérique. Ceci non seulement déclencherait une 3e guerre mondiale, mais provoquerait la destruction de l'humanité. Ni Poutine ni Xi ou leurs successeurs possibles ne sont des déments.

Ces considérations de bon sens ne font pas l'affaire du complexe militaro-industriel (CMI) américain ni des appuis multiples dont il dispose dans le monde politique dont il finance les campagnes électorales. Le CMI a besoin d'agiter en permanence la pseudo menace d'agressions russes et chinoises pour faire renforcer les moyens militaires américains. Il demande des budgets de défense toujours accrus, donnant l'occasion de contrats toujours plus élevés au profit des industriels. Rien ne l'arrête, notamment pas la stagnation économique du pays, non plus qu'une  difficulté croissante pour s'adresser à l'épargne mondiale en proposant des Treasure Bonds aujourd'hui concurrencés par les appels de crédit du Brics.

Trois audiences du Congrès (congressional hearings) tenues simultanément le 2 décembre à Washington témoignent de l'activisme américain dans la préparation à la guerre. Le matin, l' Armed Services Committee du Congrès a été consacré au renforcement des moyens dans le domaine de la cyberwar. L'après midi, deux sous-comités de la House Armed Services Committee (https://armedservices.house.gov/ ) de la Chambre des représentants ont discuté l'un du renforcement des moyens en porte-avions de l'US Navy, l'autre de la modernisation des armes nucléaires américaines.

Ubris militariste

Chacune de ses audiences s'est placée dans la perspective d'un conflit proche avec la Russie ou la Chine. Ces Etats n'ont pas été nommés explicitement mais chacun comprenait qu'il s'agissait d'eux. Nous pouvons noter que le danger du terrorisme et la nécessité de lutter contre l'Etat islamique (Daesh) n'ont pas été évoqués, sans doute parce que l'Amérique n'a toujours pas l'intention d'y consacrer des moyens suffisant pour faire l'affaire du CMI.

La plupart des spécialistes appelés à témoigner ont évoqué en termes apocalyptiques et proches de la science-fiction les batailles du futur auxquelles le pays devait se préparer. Ils ont détaillé, selon la presse autorisée à rapporter les audiences, la multiplicité et la technicité des moyens que déploieraient selon eux les adversaires de l'Amérique et auxquels celle-ci n'avait pas encore les moyens de riposter. Tout ceci n'a pas suscité de débats contradictoires entre les partis politiques, mais un consensus bi-partisan unanime. Hillary Clinton, démocrate, avait d'ailleurs annoncé depuis longtemps qu'au cas où elle serait élue, elle ferait tout son possible pour soutenir les demandes du CMI.

Pour donner un exemple de l'ubris militariste qui s'est déployé durant ces audiences, l'on peut citer un amiral haut gradé qui a regretté le risque couru par les Etats-Unis en ne disposant que de 11 porte-avions. Pour faire face aux menaces, il a demandé la mise en chantier de 10 nouveaux navires de ce type, mais encore plus perfectionnés et dispendieux que les actuels, sans mentionner les groupes de combat les accompagnant.  Ceci dans un monde où n'existent encore que 3 porte-avions opérationnels en Russie et en Chine (sans mentionner le Charles de Gaulle français). Aucun Représentant n'a fait valoir qu'un tel programme noierait définitivement dans un gouffre financier le budget fédéral.

Dans une autre session, la nécessité de faire de nouveau appel au service militaire obligatoire a été évoquée, malgré là encore les dépenses considérables qui en résulteraient. Dans aucune de ces trois session par contre n'a été portée la moindre critique à l'égard des guerres menées par l'Amérique au Moyen-Orient depuis l'invasion de l'Irak décidée par Georges Bush, ceci malgré leurs effets désastreux.

07/12/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire