Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Forces et budgets de défense

Dans un rapport publié par le Crédit Suisse, proposant une orientation vers un monde multipolaire se substituant à une « globalisation » dominée par un pouvoir unique hyper-puissant, l'on trouve une estimation des forces militaires conventionnelles des pays les mieux armés pour mener ce type de guerre (excluant en principe le recours au nucléaire)

http://publications.credit-suisse.com/tasks/render/file/index.cfm?fileid=EE7A6A5D-D9D5-6204-E9E6BB426B47D054

Personne ne sera surpris de constater que les Etats-Unis ont l'armée la plus puissante au monde, la Russie et la Chine occupant respectivement la 2e et la 3e place du classement. L'arsenal technique du Pentagone comprend 13.900 avions et 920 hélicoptères d'attaque, 20 porte-aéronefs et 72 sous-marins. En 2014, le budget militaire américain a atteint 610 milliards de dollars, soit beaucoup plus que le total des neuf autres pays du Top 10", est-il indiqué dans le rapport du Crédit Suisse. La Russie arrive en deuxième position avec un large écart, suivie de près par la Chine. Le Top 10 comprend également le Japon, l'Inde, la France, la Corée du Sud, l'Italie, le Royaume-Uni et la Turquie. Au total, 20 pays font partie du classement.

Le roi-dollar

Une fois de plus, il faudra se demander pourquoi les Etats-Unis dont l'activité économique semble de plus en plus sur le recul, ont pu mobiliser au fil des ans de tels moyens. Certes, ils disposent de ressources considérables en matière notamment de recherche/développement, mais ceci ne suffit. La réponse est bien connue. Elle tient à la domination du dollar, imposée au monde entier par les pouvoirs réunis de Wall Street, de la Banque fédérale et de Washington – domination il est vrai bien aidée par les ressources militaires du pays, toujours prêtes à intervenir pour remettre au pas les récalcitrants. Pour augmenter ses crédits militaires, il suffit que le gouvernement demande à la Fed d'émettre des bons du trésor en quantités suffisantes. Les autres pays, dont ces dernières années la Chine elle-même, s'empressent de les acheter pour en faire une monnaie de réserve stable.

Il est donc possible de faire valoir que la Chine, par des prêts en fait jamais remboursés, a pu financer une grande partie de l'arsenal américain que Washington aujourd'hui utilise pour la menacer dans le Pacifique. Ceci devrait changer avec les grands projets chinois de Nouvelle Route de la Soie, de Banque asiatique d'investissement et du statut de monnaie de réserve internationale qui serait conféré au remninbi. Mais les effets ne seront pas immédiats.

La plupart des autres pays, sinon tous, dont en particuler la Russie et la France, doivent financer leurs dépenses militaires par des impôts payés par leurs contribuables, ou par des emprunts à court terme qu'ils doivent rembourser dans le cadre d'une politique rigoureuse de résorption de la dette. Il n'est pas étonnant dans ces conditions que, pour ce qui la concerne, la France n'ait jamais pu mettre en chantier le second porte avion nucléaire dont elle aurait impérativement besoin pour assurer une présence suffisante à la mer.

Devant la montée des risques, la France comme ses homologues au sein de l'Union européenne devront bien réussir à faire valoir que, sur le plan militaire et surtout dans le domaine des investissements productifs stratégiques, ils devront faire appel à de la création de monnaie qui ne sera remboursée qu'à long terme, lorsque ces divers investissements auront produit leurs effets favorables.

Le spatial militaire (guerre dite des étoiles)

NB. Dans le domaine du spatial militaire, assez curieusement, les Etats-Unis affirment que la Russie va sans doute disposer de moyens plus efficaces que les leurs. Le ministère américain de la Défense se dit profondément préoccupé par les progrès réalisés par Moscou et Pékin dans la mise au point d'armes antisatellites, annonce jeudi l'hebdomadaire The Diplomat  (http://thediplomat.com/2015/03/is-the-pentagon-losing-the-arms-race-in-space/

Selon le secrétaire américain adjoint à la Défense en charge des acquisitions, de la technologie et de la logistique, Frank Kendall, le leadership des Etats-Unis est particulièrement vulnérable dans l'espace compte tenu des progrès réalisés par la Russie et la Chine dans la mise au point d'armes antisatellites. Il s'agit d'armes capables d'effectuer des attaques électromagnétiques et de tirer des missiles antisatellites. En 2007, la Chine a déjà testé avec succès un missile antisatellite. Le Pentagone considère que la Russie disposera prochainement d'un "chasseur de satellites", capable de détecter et de détruire les satellites adverses. Nous pourrions pour notre part parler de désinformation, destinée à faire une nouvelle fois augmenter les budgets de défense.


29/11/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire