Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Financement du terrorisme par la France

Pour lutter contre le terrorisme, la France doit reconsidérer d'urgence ses alliances énergétiques.
Celles-ci reposent presqu'exclusivement sur les pays du Golfe, en tout premier lieu l'Arabie Saoudite. La France dépend d'eux en matière d'approvisionnement énergétique en pétrole et gaz. . Or personne ne veut admettre en France que ce sont ces mêmes pays qui depuis des années financent le terrorisme islamique. Nous consommons ainsi chaque jour près de 2 millions de barils, que nous importons à hauteur de 99% de ces pays qui continuent à faire vivre les Daesh et autres groupes terroristes.

L'Arabie Saoudite en ce qui la concerne, finance les groupes djihadistes en Syrie, au Liban, en Egypte, et au Nord de l'Afrique. Avec sa rente pétrolière monumentale, et ce malgré la chute du baril, l'Arabie Saoudite a en effet la possibilité de consacrer ses grandes réserves au soutien actif de ces groupes, leur permettant de s'approvisionner sans difficultés en armes et autres moyens d'intendance. La France est indirectement un contributeur à ce mécanisme Ainsi sa facture énergétique était de 54 milliards d'euros en 2014, dont 44 milliards affectés aux seuls produits pétroliers. Avec 20% de nos importations de pétrole provenant d'Arabie saoudite, ce sont près de 9 milliards d'euros qui viennent abonder les sources où s'alimentent les terrorismes.

Certains commencent à s'en rendre compte en France. Les intérêts qui continuent à défendre l'exploitation du gaz de schistes reprennent la parole, affirmant que les réserves de notre pays sont telles qu'une partie de nos besoins pourrait provenir de ces sources. Mais ce serait, comme ils le savent bien eux-mêmes, aux dépends de nos territoires et modes de vie. Par ailleurs penser que seules des économies d'énergie permettraient d'alléger notre facture pétrolière savent bien qu'il faudra des années avant que celles-ci ne puissent commencer à produire des effets sensibles.

D'autres sources

Il y a pourtant un gaz et un pétrole tout aussi abondants et peu chers que ceux des Saoudiens, celui provenant de la Russie. Mais, comme nul n'en ignore, dans le but d'affaiblir ce pays, les Etats-Unis ont imposé aux Européens, sous prétexte de « sanctions » contre une prétendue agression en Ukraine, de renoncer aux importations provenant de la Russie. C'est ainsi, entre autres, que le projet de gazoduc dit Southstream qui aurait permis d'alimenter une partie de l'Europe, et à terme la France, a été annulé par la Commission européenne sous la pression des Américains.

Bruxelles a fait valoir que ce type de projet nous mettrait sous la dépendance de Moscou. Mais vaut-il mieux dépendre de ce pays, qui sera notre allié dans la lutte contre le djihadisme, que de l'Arabie saoudite? Celle-ci, malgré ses achats de matériels militaires ayant conduit dans un mouvement d'aberration François Hollande à la proclamer notre « alliée stratégique », est en fait notre véritable ennemi stratégique.

A terme d'ailleurs, la Russie pourrait ne pas être notre seul fournisseur, si nous négociions avec l'Iran, également grand producteur en puissance, une partie de nos achats énergétiques. Dans le cas de ces deux pays, nos importations de pétrole pourraient être équilibrées par des exportations de technologies, dont ils seront tous deux très demandeurs. Nous serions donc tous trois gagnant-gagnant. Le seul perdant seraient les Etats-Unis, dont le poids politique tant au Moyen Orient qu'en France diminuerait. Mais qui s'en plaindrait si cela se traduisait par une baisse rapide des financements terroristes. Si nous ne faisions rien, on peut au contraire pronostiquer que la lutte contre Daesh se poursuivra pendant au moins une génération.

23/11/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire