Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Lutte contre Daesh au 18/11/2015

Il semble que les autorités françaises commencent à admettre que se donner les moyens de cette lutte représente pour la France une priorité absolu, reléguant au second plan le souci de réduire le montant de la dette publique. D'ores et déjà, les réductions de crédit qui devaient affecter les forces juridictionnelles, de police et de défense seront annulées et l'augmentation des crédits et des moyens nécessaires à ces tâches seront mises en oeuvre immédiatement.
Selon les déclarations du commissaire européen Pierre Moscovici et semble-t-il celles de certains membres du Conseil européen, notamment l'Allemagne, l'Union européenne approuve cette démarche et encouragerait les membres les plus menacés à faire de même.

Il semble aussi que certains Etats-membres, notamment là encore l'Allemagne, étudient la possibilité d'aider la France dans son combat, soit par la coopération accrue en matière de renseignements, soit par la mobilisation en ce qui les concerne de forces juridictionnelles, de police et de défense permettant, en liaison avec la France, de conduire des opérations au plan européen.

Au plan militaire par ailleurs, les informations provenant de Russie montrent que le président russe a décidé d'une coopération complètes des forces aéronavales russes engagées au Moyen Orient avec les forces françaises. Celles ci semblent se préparer, au niveau des moyens comme du commandement, à participer pleinement à cette coopération. Ainsi le porte-avions Charles de Gaulle, en voie d'arrivée sur zone avec son escorte, aurait déjà pris contact avec les responsables militaires russes. 1)

Toujours au plan militaire, les Etats-membres pourraient engager les moyens dont ils disposent pour renforcer l'efficacité des opérations russo-françaises. 2) Il est convenu cependant que celles-ci pour le moment ne devraient pas impliquer l'envoi de troupes au sol. Celles-ci, pour l'efficacité de l'action en générale, devraient être fournies par les différents Etats de la région impliqués dans la coalition anti-daesh.

Enfin, point essentiel, la France paraît avoir refusé de voir intervenir l'Otan, comme les Etats-Unis l'avaient fortement suggéré,  en soutien de ses actions et de celles de la coalition. L'Otan n'a rien à voir au Moyen-Orient, quoique puissent en prétendre certains membres de la coalition 3)

Pour ce qui nous concerne, le désir de suivre au plus près le déroulement des évènements, afin d'en tirer quelques conclusions que nous proposons à nos lecteurs, il est évident que certains de nos futurs articles pourront paraître en contradiction avec des articles précédemment publiés. Mais nous pensons qu'une lecture attentive de l'ensemble montrera que la ligne générale restera la même.

Notes

1) voir http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/le-porte-avions-charles-de-gaulle-a-appareille-de-toulon-pour-l-est-de-la-mediterranee-7780551980 Le porte-avions sera, d'après le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, "sur zone" en Méditerranée "à la fin de la semaine". "Le président de la République a décidé d'engager le GAN (groupe aéronaval) en Méditerranée orientale, avant de lui faire rallier, le cas échéant, le golfe arabo-persique", a indiqué l'amiral René-Jean Crignola, commandant du groupe aéronoval, avant l'appareillage. 

2) Ils s'appuieraient pour cela sur l'article 42-7 du Traité de Lisbonne, jamais utilisé jusqu'à présent.

3) voir sur ce point un article de Slate.fr représentant direct en France de la politique américaine visant à contrôler l'Europe http://www.slate.fr/story/110033/attentats-otan-attaquer-daech-syrie  L'article de James Stavridis énonce, sous des formulations qui paraitront pleines de bonnes intentions, la volonté des Etats-Unis, à travers l'Otan de continuer à prendre en mains les moyens militaires des Européens membres de l'Otan. Ceci dans l'objet de continuer à « contenir » la Russie, notamment au Moyen-Orient. Cette dernière y a pris une influence d'ailleurs bénéfique à la région qui s'exerce au détriment de l'ancienne influence américaine, ayant généré une suite de guerres catastrophiques. Quant à l'Europe, l'aide américaine ne s'impose pas, compte-tenu du fait qu'elle se manifeste surtout par des menaces contre la Russie.

18/11/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire