Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Israël menacé d'une « Intifada des couteaux »

Les élèves de Richard Dawkins, père de la science dite mémétique, savent avec quelle vitesse, dans un organisme social déjà un peu affaibli, se répandent les images, mots d'ordre ou comportements qualifiés de mèmes. Ceux-ci sont capables de se transmettre en l'état ou de muter en permanence pour acquérir de nouvelles virulences.

 

 

Les réseaux dits sociaux facilitent la contagion des images et mots d'ordre. Mais les comportements, ceux de personnes physiques individuelles ou de petits groupes, obéissent à des logiques de diffusion plus complexes. On peut penser que dans ce cas, les neurones dits miroirs jouent, entre autres facteurs, un rôle certain. Un sujet observant un comportement donné voit s'activer dans son cerveau des neurones spécifiques provoquant la répétition de ce comportement à partir notamment des aires sensori-motrices de son propre cerveau. Ceci se fait généralement avant toute intervention du cortex supérieur capable d'introduire un peu de raison dans des comportements quasi réflexes.

L'étude scientifique de la contagiosité des comportements criminels fait appel sans toujours le savoir aux données de la mémétique, par exemple pour comprendre comment le spectacle d'un meurtre diffusé sur Internet et sur les chaines de télévision peut entrainer la réplication de ce meurtre de la part d'individus qu'apparemment rien ne disposait à de tels actes. Mais il s'agit de comportements n'intéressant que quelques individus seulement.

Les différentes Intifadas, terme arabe désignant un soulèvement, dont avait souffert Israël à partir de 1987, bénéficiaient si l'on peut dire d'une imitation à grande échelle impliquant des milliers d'individus. Elle était entretenue par les images télévisuelles dont les jeunes militants palestiniens étaient abreuvées. Il s'agissait à l'époque, pour l'essentiel de jets de pierres visant les forces israéliennes. Les attaques par armes à feux ou envoie de missiles relevaient d'un autre logique que celle de l'imitation.

Aujourd'hui se développe, non seulement en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, mais à Jérusalem ou autres villes israéliennes une Intifada dite des couteaux. Des Palestiniens armés de couteaux attaquent et peuvent tuer des civils israéliens. Il s'agit en fait non de simples manifestants mais de combattants suicide car ils sont très vite abattus par la police et l'armée israélienne. Mais, comme l'on sait, dans les circonstances extrêmes, l'acceptation du suicide peut se répandre sous forme de mème parmi des individus déjà fortement conditionnés par les images et mots d'ordre mémétiques circulant sur des réseaux sociaux plus actifs que jamais.

Que faire?

La population israélienne s'effraie à juste titre de ces risques d'attaques aux couteaux. Celles-ci restent statistiquement rares, mais elles génèrent un climat d'insécurité se répandant progressivement dans l'ensemble de la société. Les opposants palestiniens, comme les alliés qu'ils peuvent avoir dans les pays voisins, s'en sont aperçu et ne manifestent à ce jour aucune intention de réduire le nombre de leurs attaques. On peut penser au contraire que celui-ci ne cessera d'augmenter. Ceci d'autant plus que la vision d'un agresseur au couteau abattu par la police risque de se transformer en mème contagieux et mutant suscitant chez les spectateurs des dizaines d'incitations à commettre des attaques analogues sinon de plus grande ampleur.

Face à ce phénomène de contagion mémétique qu'il comprend mal, le gouvernement de Benjamin Netanyahou s'efforce de multiplier les contrôles policiers et militaires. Mais la démarche paraît sans issue. Il ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen. Il ne peut non plus relancer une guerre punitive dans la Bande de Gaza contrôlée par le Hamas, dont en ce cas en termes notamment mémétiques seraient plus aggravantes que bénéfiques.

Nombreux sont les gouvernements, au Moyen Orient mais surtout en Europe et dans la zone d'influence russe, qui considèrent qu'Israël, malgré les reproches que l'on peut faire à Benjamin Netanyahou, constitue un facteur irremplaçable de stabilité et qu'il doit être protégé à tous prix. Mais comment faire lorsque la dizaine de millions d'israéliens sont entourés de centaines de millions d'arabo-musulmans pouvant par contagion mémétique se transformer en djihadistes.

Il ne sert à rien de dire que Netanyahou récolte ce qu'il a semé, puisque pendant des années il a refusé la conclusion d'accords avec la Palestine et poursuivi au contraire une politique de peuplement ressentie par les Palestiniens comme une véritable guerre. Mais pourrait-il aujourd'hui revenir en arrière? Pourrait-il, avec le soutien de plus en plus marqué de Vladimir Poutine, qui lui aussi y a le plus grand intérêt, reprendre un processus de paix fait de concessions réciproques?

Si les relations entre Etats et collectivités relevaient de processus diplomatiques relativement rationnels, on pourrait l'espérer. Mais si comme actuellement entre Israël et ses voisins, elles paraissaient dépendre en grande partie de processus moteurs inconscients relevant de la contagion mémétique, l'espoir serait moindre. D'autant plus que ces processus mémétiques n'ont pas encore été identifiés et étudiés en tant que tels par les neuroscientifiques et les neuropsychiatres susceptibles de prévenir leur diffusion.

Cette incapacité de la science actuelle à aborder le problème ressemble à celle de la médecine confrontée aux maladies contagieuses avant l'ère pastorienne. Si rien n'était fait, dans le cas plus précis d'Israël, l'on pourrait voir l'Etat le plus puissant de la région, tant en termes militaires qu'industriels, mis à genoux par une armée inépuisable de mèmes assassins proliférant comme des virus, selon l'expression de Robert Brodie, un autre des pères de la mémétique.

16/10/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire