Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Afghanistan. La complicité entre les Américains et les Talibans.

Le bombardement américain de l'hôpital d'urgence MSF à Kunduz confirme que, contrairement aux promesses d'Obama, l'Amérique n'a aucune intention de se retirer d'Afghanistan. Aujourd'hui, elle y maintient quelques milliers d'armes et des armes lourdes, ainsi que nombre d'agents de la CIA et autres « secret services », qu'ils soient américains ou afghans opérant pour le compte des Américains.

Ce bombardement, de l'avis de nombreux militaires ne pouvait résulter d'une erreur. Il était volontaire, afin de décourager toute aide étrangère à ceux qui pourraient, sous prétexte d'humanitaire, mieux comprendre le jeu que jouent les Américains conjointement avec certains mouvements disant se rattacher aux Talibans. En effet l'Afghanistan est plus que jamais considérée par le Pentagone comme un point d'appui dans l'Asie centrale, aux frontières de pays politiquement proches de la Russie, Tadjikistan, Ouzbekistan et Turkmenistan. Il s'agit d'un « corridor stratégique au coeur de l'Eurasie » permettant aux Etats-Unis d'essayer de déstabiliser la Russie et la Chine.

Aussi bien, faut-il relativiser la portée de la lutte américaine contre les Talibans. Constamment, des observations montrent que les Américains laissent tranquillement se déplacer des forces réputées comme talibanes en Afghanistan. Cela peut-il s'expliquer? Comme partout ailleurs dans la région, il y a de tout parmi les Talibans, dont des combattants ayant déjà commencé à s'infiltrer dans les Stans et surtout en Russie. Les Américains les arment et les soutiennent politiquement vis à vis de Kaboul. Des officiers de renseignement occidentaux, s'exprimant non officiellement, mettent en garde contre le soutien donné par la CIA à des groupes de militants islamistes opérant dans le Caucase et l'Asie Centrale. Or certains d'entre eux ont participé à la « prise » de Kunduz.

Il s'agit de membres (le lecteur traduira sans difficultés) de l'Islamic Movement of Uzbekistan et de l'Islamic State in Afghanistan, La plupart des militants dits Talibans ne sont pas Afghans, mais Uzbeks, Tadjiks, Turkmen, Kyrgyz et Kazakhs. Ils ont combattu pour les Talibans dans des groupes se nommant Islamic Movement of Uzbekistan, Islamic Jihad Union et Jamaat Ansarullah. On y compte aussi des Chechen et des Ouighours, musulmans chinnois se battant contre Pekin au sein de l'East Turkestan Islamic Movement. On y trouve enfin (si l'on peut dire) de nombreux éléments se proclament membres d'Al Qaeda, de l'Islamic State of Iraq and the Levant (Isis), and finalement d'opposants pakistanais de diverses origines.

La CIA non plus que le Pentagone ne peuvent ignorer la présence de si nombreux éléments dangereux. On pourrait penser qu'ils devraient les combattre avec vigueur grâce à leur présence en Afghanistan. Manifestement, ils n'en font rien. Pourquoi? Ne cherchez pas. Il s'agit d'agents fort utiles pour infiltrer la Russie par le Caucase et donner à Poutine beaucoup de fil a retordre. Cela devrait le distraire, pensent les Américains, de sa grande entreprise du moment, combattre les terroristes en Syrie et en Irak. Mais il serait étonnant que les Russes ne se soient pas préparés à se battre sur plusieurs fronts.


05/10/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire