Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Bravo Poutine

Sans tomber dans l'hagiographie, on ne peut qu'admirer Vladimir Poutine. Par la préparation d'une offensive importante des troupes russes en Syrie, il est le seul à déclarer à l'Etat islamique une guerre que l'on peut espérer totale. On a tout lieu de penser que Poutine et le Kremlin ont pesé les options militaires, les modalités d'action, les acteurs et budgets à déployer, les résultats à attendre.
Dans le même temps, Poutine conforte de façon espérons-le définitive Bashar al Assad. L'Occident, au sein duquel malheureusement se trouve la France, a beau le présenter comme un tyran sanguinaire, Bashar et les Alaouites sont les seuls, avec l'aide de la Russie et de l'Iran, à pouvoir combattre efficacement les brutes assassines de l'Etat islamique. Ils sont aussi les seuls à pouvoir protéger ce qui reste de Coptes et autres Chrétiens d'Orient en Syrie, auxquels l'Europe prétend sans avoir rien fait jusqu'ici attacher un grand prix.1)

Au delà d'un renfort immédiat à Bashar, nous devons espérer que Poutine pourra définitivement réimplanter l'influence de la Russie au Moyen Orient. Tout laisse augurer qu'elle sera un important facteur de stabilisation dans une zone détruite par les aventures  militaires américaines, complétées aujourd'hui de celle du Royaume des Saoud et de la Turquie. Face aux voltes-face et aux manoeuvres troubles de Barack Obama et John Kerry, dans le sillage desquels se place plus que jamais François Hollande, Poutine montre une vraie réflexion géopolitique, la continuité de l'action permettant de la matérialiser sur le terrain.

Si une victoire au sol est obtenue sur Daesh, ce sera grâce à lui. L'Europe, la première menacée par Daesh, devra s'en souvenir. La décision la plus immédiate à prendre sera pour elle de lever unilatéralement les « sanctions » imposées à Moscou par l'Amérique, sans bien évidemment solliciter pour ce faire la permission de Washington.

1) Faut-il rappeler que le shah d'Iran, si apprécié à Monaco et Cannes, avait grâce à sa police la Savak, le monopole des massacres en son temps?

01/10/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire