Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Le Pape aux Etats-Unis

Il est toujours curieux d'entendre louer le Pape François pour sa grande ouverture, son engagement en faveur d'une société plus partageuse, et autres objectifs louables. Certes, face aux crimes qui se perpétuent dorénavant au nom de l'Islam, les plus athées se retrouvent des racines chrétiennes.
Mais ces mêmes athées ne devraient pas perdre de vue que depuis plusieurs siècles, ils se sont élevés contre le pouvoir temporel recherché par toutes les religions, quelles qu'elles soient. Ils ont à cet égard en France combattu et combattent les efforts de l'Eglise catholique pour récupérer des pouvoirs politiques et sociétaux qu'en principe la république française a décidé depuis 1905 de lui retirer.

Aux Etats-Unis, pays resté profondément religieux – souvent sous des formes particulièrement conservatrices – le discours que vient de prononcer le pape François n'a pas suscité les mêmes réactions négatives qu'il aurait eu s'il avait été prononcé à l'Assemblée nationale. Certes les églises américaines sont principalement aujourd'hui protestantes d'inspiration dite évangélique, mais le catholicisme est également très actif, notamment dans les populations provenant d'Amérique latine. Le Pape s'est bien gardé dans son intervention de considérations susceptibles de susciter des polémiques inter-religieuses. Par contre, ses prises de positions sur l'économie, le progrès, les choix politiques généraux ont suscité dans les rares médias américains se revendiquant ouvertement matérialistes et socialistes, de nombreuses critiques. Nous pourrions en ce qui nous concerne reprendre à quelques points près ces critiques.

A quelle autorité morale le Pape peut-il se référer pour définir ce qu'il présente comme un bon dirigeant politique, un bon gouvernement, alors qu'il préside l'Eglise Catholique Romaine, institution incapable d'évoluer pour s'ouvrir aux graves problèmes du monde d'aujourd'hui. L'Eglise est dans ses profondeurs restée ce qu'elle a toujours été depuis des siècles, ennemie de la science, du rationalisme, du progrès social et de l'égalité hommes-femmes. Lorsqu'en particulier l'Eglise se prononce – ce qu'elle ne devrait pas s'autoriser à faire – sur les questions scientifiques, elle épouse toujours les vues les plus négatives, les plus paralysantes pour la recherche et l'innovation.

La « gauche » américaine a rappelé, à l'occasion de la visite papale, ce que la gauche française ne s'autorise pas à faire, la fait que le Pape, alors Cardinal Jorge Bergoglio ne s'est jamais élevé sérieusement entre 1976 et 1984 contre les crimes de la junte Argentine. Par ailleurs aujourd'hui les média transforment le même François en pape des Pauvres. On reprend ses propos sur la nécessité d'une Eglise pauvre pour les pauvres, mais nulle part dans le monde, ni en Argentine ni ailleurs, notamment au Vatican, l'institution ne fait la moindre tentative pour partager ses richesses, abandonner ses privilèges.

Le pape a passé deux jours à Philadelphie, où l'Eglise patronne la Rencontre mondiale des Familles ( World Meeting of Families ) dont l'objectif avoué est de combattre ces « démons modernes » que sont l'avortement, le divorce, les unions libres et le mariage homosexuel.

Certes, on a beaucoup fait valoir l'encyclique pontificale reconnaissant que le changement climatique est une réalité, dont les pauvres seront les premiers à souffrir. Il a demandé de diminuer la production des gaz à effet de serre. Mais nulle part, il n'a mis en cause le capitalisme de profit ni les trusts du pétrole, du charbon et du gaz qui font la loi aux Etats-unis, financent les élections et jouent un rôle essentiel dans les décisions de la maison Blanche, tant en interne qu'en matière de diplomatie internationale.

Certes également le Pape s'est prononcé devant le Congrès contre la peine capitale. Mais il n'a rien dit, notamment, du pouvoir que s'est arrogé Barack Obama de décréter souverainement qui doit être « neutralisé » à l'occasion d'une guerre des drônes qui tue autant d'innocent que de combattants djihadistes ...La procédure a l'avantage d'éviter à l'Amérique d'envoyer des troupes sur le terrain, mais aux yeux du monde – qui n'en avait pas il est vrai besoin – elle confère la bénédiction américaine à tous les meurtres politiques anonymes. Apparemment ceci ne heurte pas les bonnes consciences catholiques aux Etats-Unis.

Bien plus, devant le Congrès, le Pape n'a pas formulé de mise en garde contre les politiques militaristes des Etats-Unis. Il a loué l'Amérique pour être “The land of the free and the home of the brave.” . Mais il a oublié ce faisant le poids démesuré qu'ont pris dans le monde entier la CIA et la NSA, portant partout la guerre contre les revendications démocratiques. De même, s'il a recommandé l'acceptation des migrations, il a oublié de dire que l'essentiel de celles-ci au Moyen-Orient provient des guerres suscitées par les intérêts américains.

Signalons pour terminer que la « gauche » américaine s'est étonné du fait que le Pape ait félicité les évêques américains pour leur lutte contre les abus sexuels commis au sein de l'Eglise, sans un mot pour la réparation du mal fait aux victimes. De même, il a fait une visite inattendue au quartier général des petites Soeurs des Pauvres ( Little Sisters of the Poor) dont le dernier exploit a été de s'élever contre le remboursement par le sécurité sociale (Affordable Care Act) des dépenses anti-conceptionnelles - Il n'y a pas de gestes anodins en matière de symbole. Le Pape a ainsi donné une nouvelle application au fait catastrophique qu'à propos de l'Afrique, en proie à une surpopulation massive, il n'avait jamais évoqué l'urgence d'un contrôle des naissances.

Cet article ne reflète pas nécessairement le sentiment de l'ensemble des membres du Comité de rédaction.

25/09/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire