Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

L'Egypte, la Turquie et François Hollande

Les égarements de la "politique arabe" de la France
François Hollande, selon nous, a eu parfaitement raison d'accepter aux côtés du présidenttt égyptien Abd el Sissi, d'inaugurer la 2 branche du Canal de Suez. Les bonnes âmes, il en reste en France, s'indignent. Comment paraître cautionner un dictateur qui a eu le tort de renverser un président légitimement élu, Mohamed Morsi, lui-même le chef de file des Frères Musulmans ..président "légitimement élu" par des paysannes égyptiennes illettrées et saturées de propagande islamiste.

Ceci étant, la position actuelle du président de la République française ne doit pas faire oublier l'immense responsabilité de son prédécesseur Nicolas Sarkozy dans l'ouverture du chaudron libyen en renversant Muhamar Khadafi après l'avoir invité comme un prince à Paris. Des intérêts français puissants espéraient profiter de ce renversement pour instaurer en Libye une zone d'influence qui se serait évidemment révélée illusoire. Grande naïveté.

On trouve sur le site de Thierry Meyssan un article extrêmement documenté précisant, entre autres choses, les responsabilités de la France, en liaison avec la Turquie, dans cette manœuvre désastreuse, manœuvre que devait suivre le renversement de Bashar Al Assad. Mais l'article va au delà. Il accuse ouvertement la France, avec la Turquie, d'avoir financé pour mieux établir leur double influence au Moyen-Orient, les premiers éléments terroristes sunnites devenus par la suite Daesh. François Hollande a ses débuts, selon Thierry Meyssan, aurait soutenu la Turquie dans cette démarche suicidaire, avant de se rétracter reconnaissant son erreur.

L'article fournit également d'intéressantes informations, il est vrai un peu mieux connues aujourd'hui, concernant l'implication d'Erdogan dans l'appui à Daesh, implication qui malheureusement n'a jamais cessé depuis, malgré quelques gesticulations. Il montre par ailleurs comment la Turquie actuelle, toujours sous l'impulsion de Erdogan, est en train de verser dans la dictature et la guerre civile. Il serait temps que la France de François Hollande se désengage de cette Turquie là. Mais il ne semble pas que cela soit le cas. Ajoutons que l'article présente Obama comme une sorte de modérateur, face aux manœuvres irresponsables de ses généraux.

Inutile d'objecter qu'il n'est pas possible d'ajouter foi aux propos de Thierry Meyssan, sur ce sujet comme sur d'autres. Soit. Une lecture critique s'impose. Mais les accusations de conspirationnisme portées contre lui viennent aussi , il ne faut pas l'oublier, des intérêts justement dénoncés par lui et que les médias officiels se gardent bien de mettre en cause..


Voir Thierry Meyssan Une folle ambition qui tourne à la guerre civile
Clinton, Juppé, Erdoğan, Daesh et le PKK

07/08/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire