Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Noblesse et Monarchies

Voici une petite note assez éloignée de mes recherches actuelles sur l'origine du vivant organisé. Les espèces vivantes ont de la permanence, ce qui n'est pas le hasard et qui n'avait jamais été finement représenté dans les sciences biologiques. Les sociétés humaines ont aussi des formes de permanences. Voici donc un texte sur une mauvaise permanence des sociétés humaines : la monarchie, qui va du début des civilisations à la forme actuelle très sophistiquée.

Notre société apparaît comme très sombre lorsqu'on la regarde à la bonne échelle et avec les bons indicateurs scientifiques, hors des schémas manipulateurs délivrés par tous les gens qui jouent la comédie dans les média. Le système de contrôle informatisé qui est actuellement en place dans tous les pays du monde, dont le nôtre la France, est un système totalement distribué appréhendant de façon continue des informations venant de multiples sources, pour les transformer en connaissances exploitables et qui seront analysées à toutes les échelles.

Ce système est formé d'innombrables capteurs d'informations, localisés dans tous les systèmes informatisés qui communiquent continuellement entre eux sans intervention des utilisateurs humains, de toutes les caméras de surveillance et tous les satellites déterminant la position GPS de chaque appareil à 10 cm près. Il opère de l'échelle du contrôle personnalisé de l'individu qui est dans le voisinage d'un système informatisé, comme un Smartphone ou une tablette, au groupe de personnes qui communiquent en échangeant des SMS ou des messages ou qui se téléphonent et aux groupes de groupes de personnes qui interrogent Internet ou communiquent entre eux. Et ces analyses multi-échelles continues donnent en temps réel l'estimation absolument exacte de l'état psychologique et des tendances des groupes constituant la population à chaque instant et entemps-réel, les postures des individus considérés comme leaders de groupes et leurs importances locales et globales.

Dans un tel système de domination, chacun de nous est un numéro individuel dans un ensemble d'ensembles de numéros, qui est analysé de façon continue si le système estime que c'est nécessaire selon ses tendances propres, et qui peut être traité soit par coupure de ses communications Internet soit par l'élimination physique accidentelle pure et simple.

Un tel système est très exactement une dictature d'un nouveau genre et n'est pas là aujourd'hui par hasard. Cette situation vient de l'héritage d'une forme de société bien connue: la Monarchie. Il faut bien interpréter les notions de Noblesse et de Monarchie, qui sont très clairement définies par Littré sous la forme suivante  :

« Noblesse : Rang et qualité de ceux qui sont élevés au-dessus des roturiers, soit par leur naissance, soit par des lettres du prince...

Monarchie : Gouvernement d'un État régi par un seul chef.  Monarchie héréditaire, élective... »

Il existe encore des Monarchies traditionnelles en Europe et partout dans le monde, mais il faut interpréter cette notion dans le système mondial actuel où la Finance, la Politique, les Armées, la Productivité économique, avec l'usage de la réduction de tout ce qui existe à sa valeur financière, sont conduits pas des castes fermées d'individus formatés constituant la nouvelle Noblesse et fonctionnant dans des Monarchies très fermées et très opaques. Ces nouveaux nobles de cette nouvelle monarchie ont un système psychique qui est en rupture totale avec l'indispensable retenue que doit avoir chaque humain et lui imposant de simplement prendre sa petite place, nécessaire et suffisante dans le vivant auto-organisé dont nous sommes simplement l'un des constituants.

Pourquoi la Noblesse et la Monarchie existent-t-elles toujours dans nos sociétés, sous des formes subtiles, très adaptées à la technologie courante et pourquoi sont-elles finalement indestructibles ? Y aurait-il une déficience fondamentale dans le psychisme humain qui, lorsqu'il se développe dans un type très fortement structuré de sociétés d'ordres allant de la famille au groupe socio-culturel et immergeant toute la culture, ne peut s'engager que sur la voie de la poursuite et de l'amplification de l'intégration, devenant incapable de penser ses pensées et sa raison à être avec chaque autre, de s'organiser pour construire des sociétés vraiment paisibles, égalitaires, fraternelles, tournées vers les
questionnements des sciences avec conscience et vers tous les arts sociaux créatifs  ?

Les individus qui fondent la Noblesse et la Monarchie actuelles sont dépourvus d'éthique et sont scientifiquement illettrés dans le domaine des théories profondes, ils ne peuvent rien comprendre aux relations entre l'humain qui pense ses pensées et les grands problèmes posés aujourd'hui par les organisations coactives et auto-adaptatives qui ont engendré l'organisation du vivant recouvrant notre planète, où la vie s'est formidablement déployée en très forte cohérence avec elle-même, avant l'apparition de l'homme monarchisé. Ces tristes individus ne savent même pas que nous partageons la même ligne d'univers sur notre petite planète et que c'est cela qui permet la stabilité des formes et le déploiement du vivant dans le temps et l'espace. Ils sont conduits par leur pulsion radicale de domination à poursuivre une rupture les projetant hors de la posture d'équilibre que nous devrions nous imposer, pour comprendre et vivre dans la temporalité du temps, avec l'échelle fractale de l'étendue spatiale organisée, et pour appréhender la très grande fragilité de notre écosystème et sa règle organisationnelle.

Dans l'état actuel du système monarchique, il n'y aura pas de solution structurelle harmonieuse et profonde à l'Europe, ni ailleurs, et il y aura un effondrement mortel pour la civilisation.Faut-il essayer de faire un livre sur cette histoire continue de la Monarchie, qu'aucun éditeur ne publiera puisque cela lui sera rigoureusement interdit ?

Que faudrait-il faire pour vraiment dissoudre cette Monarchie ?

Par exemple, pour dissoudre la Monarchie actuelle et aller vers une société réellement paisible et fraternelle, pourrait-on trouver en France un parti politique qui proposerait dans son programme la mesure suivante valant pour une ligne de bifurcation dans l'espace social complexe : payer au SMIC et sans aucune autorisation de dépassement quelle qu'elle soit, tous les hommes et femmes politiques élus ainsi que leurs conseillers, à l'Assemblée Nationale, au Sénat, dans le Gouvernement et la Présidence, dans tous les Conseils Départementaux et Régionaux, afin que ces élus quittent clairement la Monarchie et deviennent les serviteurs politiques, sociaux et moraux des citoyensde la République et pas les gestionnaires bien organisés d'une caste  ?

Ces élus, volontairement pauvres et vivant pauvrement, seraient vraiment respectés et deviendraient des modèles de républicains, ils pourraient vraiment agir pour l'égalité de tous en étant crus par tous les citoyens car donnant réellement l'exemple, en étant pauvres financièrement mais infiniment riches moralement et éthiquement. Ils pourraient alors s'engager à nationaliser toutes les banques et à fermer définitivement tous les back-offices. Ils pourraient s'engager à ce que toute construction économique sur le territoire soit discutée par tous les citoyens concernés, à toutes les échelles et soit donc toujours essentiellement une œuvre collective. Ils pourraient changer les média, le système d'informations, le système économique, le système social, ils pourraient mettre fin au système de contrôle de toute la population, ils pourraient en fait transformer le monde.

Mais il n'y aura pas de personnage politique pour proposer une telle mesure et conduire un programme présidentiel basé sur une telle ligne de bifurcation. Il n'y a donc plus qu'à penser à la fin, à sa fin en s'interrogeant sur la nécessité de continuer à subir le spectacle de ce monde finissant submergé par les technologies, les discriminations, les manipulations, les inégalités, les destructions, les éliminations, les trahisons, les guerres, les tueries, les massacres, les exterminations...

 
Alain Cardon 04/08/2015

04/08/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire