Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Accord Arabie saoudite-Russie

A priori, un tel accord paraissait, sinon impossible, du moins très peu probable.
En effet, entre autres raisons, Vladimir Poutine a jusqu'ici appuyé, outre Bashar al Assad, l'Iran et ses alliés les rebelles houthis au Yemen, à l'égard desquels l'Arabie saoudite est sinon directement en guerre, concernant l'Iran, du moins franchement hostile, pour de multiples raisons. Par ailleurs, l'Arabie a toujours été très soumise à la diplomatie de Washington, qui bien évidemment faisait tout pour éviter un rapprochement du Royaume avec la Russie.

Cependant, dernièrement, les spécialistes du monde pétrolier avaient pensé que si l'Arabie saoudite avait décidé de faire tout son possible pour provoquer une baisse du pétrole, c'était pour tenter d'éliminer la concurrence du gaz de schiste américain. Washington s'était résigné à cette démarche, malgré les pertes imposées à ses producteurs, au vu des difficultés imposées à la Russie par un marché très bas, réduisant une partie des bénéfices de celle-ci en tant que productrice de pétrole et gaz.

Pourtant, hormis quelques tensions passagères, telles que des invitations non honorées, rien ne semblait devoir à long terme remettre en cause la complicité entre Rihad et Washington. Ce fut donc une surprise d'apprendre qu'à l'occasion du Sommet Economique de Saint-Petersbourg, Vladimir Poutine avait rencontré une très forte délégation de l'Arabie Saoudite, composée de personnalités de très haut rang, y compris le « roi saoudien du pétrole » Ali al-Naimi. Des accords importants ont été passés, notamment pour stabiliser en hausse le marché des hydrocarbures et presque aussi importants, pour la vente de matériel russe au Royaume. Poutine a reçu une invitation officielle de se rendre à Ryad, suivi d'une invitation réciproque à Moscou de Poutine au Roi. Tout ceci se fera nécessairement, quoique en puisse objecter Barack Obama.

On constatera cependant qu'en se rapprochant de l'Arabie Saoudite, Vladimir Poutine a tenu à rassurer ses alliés de longue date, le « couloir chiite » allant de l'Iran à la Syrie de Bashar et Assad. Les accords entre la Russie et Rihad ne devront en rien remettre en cause ces alliances.

Comment de notre place interpréter ces évènements?

Disons qu'il s'agit d'abord, au delà des questions de prix du pétrole, de l'affirmation par la Russie de sa volonté de jouer un rôle d'arbitre au Moyen-Orient, susceptible d'imposer quelque détente entre des pays en conflits chroniques. Ce faisant la Russie pourrait durablement diminuer l'influence américaine dans la zone. On pourrait presque parler d'une défaite américaine. Tous les pays en bénéficieront du fait que ces dernières années les politiques irresponsables de Barack Obama et de John Kerry y avaient multiplié les affrontements. Il s'agira d'une évolution qui pourra se révéler d'importance capitale, y compris à long terme entre les relations entre le Brics et les pays du golfe. Washington réagira certainement, mais on ne voit pas comment pour le moment.

Que fera pour sa part François Hollande, qui paraissait être ces dernières semaines dans les meilleurs termes avec le Royaume? Va-t-il, horrifié de voir derrière Rihad se profiler Poutine, renoncer aux bonnes relations jusqu'ici envisagées avec l'Arabie. Ce serait très improbable. Espérons en tous cas qu'il n'en fera rien.

Quant  au prix du pétrole et du gaz, il faudra s'attendre à ce qu'il remonte. Ali al-Naimi en vendra un peu moins qu'à la belle époque, laissant son nouvel allié russe profiter de prix plus rémunérateurs pour ses propres exportations.

Dans un tout autre domaine, les optimistes pourront espérer que, sous l'influence lénifiante de la Russie, l'Arabie saoudite renoncera peu à peu à sa politique de lapidation et de décapitation. Mais ceci parait moins probable. Restera à voir aussi si l'Arabie saoudite continuera à envoyer dans le monde entier des militants djihadistes wahhabites payés par l'argent du pétrole, y compris en Russie et dans les ex-Etats de l'URSS à majorité musulmane. On peut penser cependant que Poutine a mesuré le risque

Voir Russia Insider http://russia-insider.com/en/politics/about-face-saudi-arabia-and-russia-ink-six-new-deals-embark-new-petroleum-alliance-progress


21/06/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire