Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Le Pentagone prend de nouvelles mesures pour menacer la Russie

Le New York Times a confirmé que le Pentagone se préparait à installer des armements lourds, notamment des blindés, aux frontières de la Russie, en Pologne, Roumanie, Bulgarie et dans les Etats Baltes (voir ref. ci-dessous).
Ceci remet évidemment en cause les accords entre l'Otan et la Russie signés à Paris en 1997 (Founding Act on Mutual Relations, Cooperation and Security between NATO and the Russian Federation) signé à Paris en 1997. Cette «préposition » d'armements lourds viole manifestement cet accord. Ils seront à la disposition de contingents militaires européens souhaitant résister à une offensive russe.

La Russie ne pouvait que réagir. Le Général Yuri Yakubov a déclaré que, face à cette agression, la Ruéssie n'avait pas d'autres solutions que renforcer ses propres dispositifs sur sa frontière stratégique avec l'Europe. Vladimir Poutine a par ailleurs prévenu les Etats détenteurs de tels dépôts de matériels qu'ils seraient les premiers visés au cas où l'Otan viendrait à attaquer la Russie. Peu après, il a fait connaître que la Russie avait l'intention de moderniser et renforcer son arsenal nucléaire, en se dotant de nouveaux missiles balistiques susceptibles d'atteindre les Etats-Unis en déjouant les moyens de défense actuels.

Bien évidemment, tous les gouvernements et médias européens ont accusé Poutine de relancer la guerre froide, en courant le risque de voir celle-ci dégénérer en vraie guerre, éventuellement nucléaire. Personne ne s'interroge sur la raison pour laquelle les Etats-Unis, après avoir depuis longtemps encerclé la Russie de dizaines de bases militaires, voulaient en ajouter d'autres, ou renforcer celles existantes.

Les stratèges occidentaux qui gardent la tête froide (il s'en trouve) font remarquer que ces gesticulations renforcées ne rendent en rien l'Otan capable de résister à une offensive conventionnelle russe. Comme les Etats-Unis ne prendraient aucunement le risque d'intervenir militairement pour défendre de malheureux Etats Baltes, comme par ailleurs le renforcement de la pression militaire de l'Otan contre la Russie ne fait que conforter la position intérieure du président russe, les provocations américaines apparaissent comme perdant-perdant.

Elles ont il est vrai un avantage très important pour Washington, obliger les pays européens, y compris les plus réticents, comme l'était l'Allemagne jusqu'à ces derniers temps, à rejoindre le troupe bêlant des Etats sur lesquels l'Amérique étend son empire depuis la seconde guerre mondiale. Ce fou furieux mais pourtant loué de toutes parts qu'est George Friedman, évoqué par l'article récent de Jean-Claude Empereur, ne pourra que se réjouir.

Références

* http://www.nytimes.com/2015/06/14/world/europe/us-poised-to-put-heavy-weaponry-in-east-europe.html?_r=1

* On lira aussi sur ce sujet un article très critique de la position américaine de NK Bhadrakumar dans The Indian Punchline

http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/author/bhadrakumaranrediffmailcom/


* Jean-Claude Empereur Vers la « dhimmitude » atlantique de l'Europe ?

http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1795&r_id=



18/06/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire